Moselle : des travailleurs transfrontaliers agacés par la multiplication des tests Covid

·1 min de lecture

En Moselle, certains travailleurs transfrontaliers vivent un enfer depuis que l'Allemagne leur a imposé, à partir de début mars, d'avoir un test Covid-19 négatif de moins de 48 heures afin d'entrer sur son territoire. Ce samedi matin, certains de ces travailleurs ont donc manifesté à Spicheren, une commune française frontalière de l'Allemagne, pour dénoncer les demandes trop systématiques de tests auxquelles ils sont confrontés. Celles-ci compliquent énormément leur quotidien, comme l'explique Sarah, une aide-soignante qui habite en Moselle et travaille dans une maison de retraite à Sarrebruck, du côté allemand, samedi sur Europe 1.

"Une fois par semaine pour un test : okay, il n'y a pas de problème, on peut le faire", estime-t-elle. "Mais toutes les 48 heures, c'est inadmissible et ce n'est plus supportable. On reste des êtres humains !"

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l’évolution de la situation samedi 13 mars

"Je suis à plus de 70 tests"

Car pour Sarah, le désagrément du test Covid fait désormais partie de la routine. "Je suis à plus de 70 tests", poursuit-elle. "Je me fais tester au travail et quand j'ai des jours de libre et que je n'ai pas été pendant 48 heures en Allemagne, c'est ma copine infirmière qui vient me le faire à domicile."

Sarah se plaint, en outre; du regard de ses collègues de l'autre côté de la frontière. "C'est horrible, on passe limite pour des pestiférés..." Elle ne compte plus le nombre de fois qu'elle a entendu la rengaine : "Tu viens de la...


Lire la suite sur Europe1