En Moselle, les marins-pompiers de Marseille en renfort pour traquer les variants du Covid

·2 min de lecture

Réseaux d'assainissement, Ehpad, écoles : venus en renfort face à la flambée du Covid-19 en Moselle, les marins-pompiers de Marseille ont débuté lundi à Metz leurs prélèvements et analyses des eaux usées pour cartographier les variants et aider à limiter la propagation.

"Les premiers résultats sont attendus dans la nuit", a indiqué le secrétaire général de la préfecture de la Moselle, Olivier Delcayrou. Les marins-pompiers marseillais, arrivés dimanche en Moselle où ils exportent pour la première fois leur savoir-faire en matière de traque du Covid, ont procédé dans la matinée aux premières analyses sur huit grandes stations d'épuration.

Les prélèvements, au total une vingtaine d'échantillons, ont été envoyés en avion spécial à Marseille pour analyses afin de déterminer les taux de Covid-19 mais aussi la proportion des variants", dont la prolifération actuelle, notamment celle du sud-africain, inquiète dans le département, a expliqué Éric, maitre-principal des marins-pompiers de Marseille, experts en prélèvements. A ce jour, les marins-pompiers ne disposent en effet que d'un laboratoire à Marseille pour déterminer les différents variants.

"Cartographie"

"L'objectif est d'avoir une cartographie la plus précise possible de l'ensemble du département", explique M. Delcayrou, soulignant l'autre intérêt des tests : permettre d'anticiper sur la contamination puisque "si on détecte le virus, on sait qu'on a une avance de six jours environ". A Marseille, grâce à 37 points et une analyse "quantitative" de l'eau, les marins-pompiers sont désormais capables de connaitre la proportion de chaque variant dans les quartiers.

Les Ehpad seront aussi ciblés. Les premiers, ceux qui n'ont pas eu de cas depuis deux ou trois semaines, ont reçu la visite des militaires marseillais et leurs deux véhicules siglés, le premier avec la mention "COMETE" (Covid-19, Marseille, environnement, testing) et le second frappé des lettres "CMIB" (cellule mobile intervention biologique). Combinaison blanche, gants bleus et masque, un pompier a ainsi prélevé un échantillon de 250 ml d'eau dans les canalisations, ramené ensuite au siège du SDIS 57 où sont installés les Marseillais.

Là, leur appareil peut, en "45 minutes, rechercher la présence de Covid", selon le maitre-pr[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi