Moselle: un homme confondu avec un homonyme doit prouver qu'il n'est pas mort

Clarisse Martin
·1 min de lecture
(photo d'illustration) - -
(photo d'illustration) - -

L'histoire, pour le moins atypique, est racontée par France Bleu Lorraine Nord. Un Mosellan de 93 ans est aux prises avec l'administration française pour prouver qu'il est bel et bien en vie.

Raymond Schmitt, c'est son nom, a un homonyme. Et la préfecture a confondu les deux hommes en voulant déclarer la mort de l'homonyme en question, mais en faisant erreur sur la personne, ce qui a conduit à cette situation ubuesque.

Autre parfaite similitude qui pose problème: l'homme qui est véritablement décédé il y a plusieurs années est né le même jour, et la même année que le Mosellan.

"Un certificat de vie"

C'est après un cambriolage subi en juin dernier que Raymond Schmitt a découvert l'erreur de l'administration. Le nonagénaire a voulu refaire ses papiers. A sa demande de carte grise, la préfecture lui a répondu que ce n'était pas possible car il était mort.

"Ca fait un choc quand même", confie l'homme au micro de France Bleu.

Un choc qu'a ressenti également son fils, lorsqu'il a reçu un mail de la préfecture lui apprenant la mort de son père.

L'imbroglio est en voie d'être réglé. Le fils de Raymond Schmitt a fait le nécessaire en envoyant les documents destinés à prouver que son père était toujours vivant. Parmi les pièces envoyées, "un certificat de vie" délivré par la mairie de la commune où vit son père.

Article original publié sur BFMTV.com