Moselle : une effroyable affaire de disparition élucidée par les gendarmes grâce à un banal contrôle routier

Elle n'avait pas donné de signes de vie depuis plusieurs mois. Ce mardi 8 novembre, le corps d'une Allemande a été retrouvé par les gendarmes chez sa cousine en Moselle, dans l'est de la France.

Quelques jours avant, le samedi 5 novembre, des policiers allemands avaient effectué un banal contrôle routier. Ils ont ainsi arrêté une femme de 66 ans et son fils âgé d'une quarantaine d'années, qui avaient une attitude étrange. Les forces de l'ordre ont ensuite décidé d'inspecter le véhicule. À l'intérieur, ils ont découvert des bijoux, mais aussi un livret d'épargne et des papiers d'identité au nom d'une femme de 74 ans. Les enquêteurs ont alors fait le lien avec la disparition d'une personne recherchée par les autorités de la Sarre, en Allemagne. Après quelques vérifications, ils ont également découvert que la conductrice de la voiture était la cousine de la disparue, rapporte nos confrères du Parisien.

Le corps de la septuagénaire caché dans une malle

Avant de se volatiliser, la septuagénaire avait indiqué à des amis qu'elle souhaitait partir en vacances avec une autre femme. De leur côté, la cousine de la disparue et son fils sont nés en Allemagne mais vivent en France depuis plusieurs années. Ils louaient ainsi une maison à Hargarten-aux-Mines, en Moselle, rapporte le quotidien régional. Un domicile que les gendarmes français ont eu l'autorisation de perquisitionner ce mardi 8 novembre. Arrivés sur place, ils ont retrouvé le corps de la (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Elle sort avec son petit garçon de 9 mois en poussette, la promenade va virer à la tragédie
TÉMOIGNAGE Mon ex-belle-mère retouche les photos de mes enfants pour changer leur apparence
Nantes : une hôtesse tripotée par un passager en plein vol, le pilote prend une décision radicale
Elle laisse son chihuahua à son compagnon pour faire des courses, elle tombe sur une scène d'horreur en rentrant
Horreur à l'université : la police fait une terrifiante découverte à quelques minutes du campus