Moscou rouvre les vannes : reprise des livraisons de gaz russe par le biais de Nord Stream

© Reuters

L'Europe avait peur que l'énergéticien russe Gazprom coupe le robinet. Il n'en sera, pour l'instant, rien. Après dix jours de maintenance, entretien annuel qui a causé bien des frayeurs sur le continent, le gazoduc Nord Stream s'est remis en marche jeudi, a indiqué l'Agence France-Presse. « Il fonctionne », a confirmé à l'agence un porte-parole du géant gazier en début de matinée. Sans parvenir à convaincre les pays demandeurs, Moscou avait assuré que le gaz serait déversé dès 6 heures, heure française, dans le pipeline reliant directement les champs gaziers sibériens au nord de l'Allemagne , avant d'être exporté vers d'autres territoires de l'Union européenne. Ce n'était pas un leurre.

Le gaz russe s'est mué en arme stratégique dans le bras de fer que se livrent les Occidentaux et la Russie depuis le début du conflit en Ukraine. Amorcées dès la mi-juin, les réductions des flux vers l'Europe laissaient craindre une coupure totale à l'alliance des 27. Avant la maintenance, Gazprom avait diminué de 60 % ses livraisons. Mercredi, les exportateurs avaient stipulé à l'opérateur allemand du réseau Gascade que le « niveau d'avant la maintenance, soit 40 % de la capacité », serait conservé à la reprise.

Lire aussi - Comment la France, grâce à ses stocks, peut se préparer à « se passer du gaz russe »

La sécurité énergétique de l'Europe reste en péril

À long terme, le maintien de ce faible débit de livraisons de Nord Stream pourrait entraîner des pénuries , l'énergie n'étant actuelleme...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles