Moscou dit avoir repoussé un assaut ukrainien sur l'île aux Serpents

La Russie a affirmé mardi avoir repoussé une "folle" tentative des forces de Kiev de reprendre l'île aux Serpents, un territoire symbolique conquis par Moscou en mer Noire au début de son offensive en Ukraine.

Cette petite île est devenue emblématique dès le premier jour de l'offensive russe lorsqu'un membre de la petite garnison ukrainienne la défendant a intimé au navire russe réclamant sa reddition d'aller "se faire foutre".

Outre sa valeur symbolique, l'île est également stratégique en raison de son emplacement au large des côtes ukrainiennes et roumaines, qui offre un poste d'observation de choix et un lieu où déployer des systèmes de défense sol-air.

Les forces ukrainiennes "prévoyaient de débarquer" d'après Moscou

Moscou a déjà affirmé dans le passé avoir déjoué des tentatives d'approche des forces ukrainiennes, mais celle rapportée mardi semblait se distinguer par l'ampleur des moyens mobilisés.

"Le (lundi) 20 juin à 5h du matin, le régime de Kiev a entrepris une nouvelle tentative folle de prendre possession de l'île aux Serpents", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Selon lui, les forces ukrainiennes "prévoyaient de mener des bombardements aériens et d'artillerie massifs (...) avant de débarquer et capturer" l'île.

M. Konachenkov a déclaré que 15 drones d'attaque et de reconnaissance ukrainiens avaient pris part à un raid aérien et que des batteries de lance-missiles et des obusiers avaient tiré en direction de l'île.

Cependant, des systèmes de défense antiaérienne et antimissiles russes ont intercepté tous les projectiles et abattu 13 drones, "forçant l'ennemi à abandonner tout débarquement sur l'île aux Serpents", a affirmé M. Konachenkov.

Le porte-parole a par ailleurs assuré que les radars russes avaient détecté dans le secteur de l'île un drone d'observation américain RQ-4 "Global Hawk".

Les déclarations de M. Konachenkov ne pouvaient pas être vérifiées de manière indépendante.

Selon lui, c'est après cet échec que les forces ukrainiennes ont ciblé des plateformes de forage d'hydrocarbures en mer Noire.

Mardi, les autorités de Crimée, péninsule annexée par Moscou en 2014, ont déclaré que l'une de ces infrastructures était toujours en train de brûler. Sept personnes sont portées disparues.

Lyssytchansk et Severodonetsk lourdement bombardés

Dans le Donbass (est), les Russes "contrôlent" désormais le village de Tochkivka sur la ligne de front, à quelques kilomètres de Severodonetsk et de la ville voisine de Lyssytchansk où les combats font rage, a reconnu le chef du district de Severodonetsk, Roman Vlasenko.

La région de Lougansk est depuis plusieurs semaines le théâtre de violents combats d'artillerie entre forces russes et ukrainiennes, est presque entièrement contrôlée par les forces de Moscou. Seule la poche de résistance ukrainienne autour de Lyssytchansk et Severodonetsk échappe encore au contrôle de l'armée russe.

Après le bombardement la semaine dernière de Lyssytchansk, séparée de Severodonetsk par la Donets, rivière infranchissable depuis que les ponts y ont été détruits, Alla Bor, professeure d'histoire, s'est résolue à fuir avec son gendre et son petit-fils. "J'ai pris peur. Nous abandonnons tout et partons. Personne ne peut survivre à une telle frappe", a-t-elle expliqué à des journalistes de l'AFP.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles