Après une attaque de drones en Crimée, Moscou se retire de l'accord sur les céréales

AFP - OLGA MALTSEVA

Selon l'armée russe, une attaque de drones a été repoussée par sa flotte dans la baie de Sébastopol, en Crimée. Elle impute cette offensive de drones à l'Ukraine, mais également au Royaume-Uni, au centre de toutes les attentions de la Russie ce samedi, puisque Londres est également accusé par Moscou d'avoir trempé dans l'affaire Nord Stream. La Fédération russe annonce des démarches à l'ONU, et son retrait de l'accord sur les céréales.

Les autorités pro-russes de la péninsule de Crimée, annexée par la Fédération de Russie en 2014, ont annoncé tôt ce samedi 29 octobre que des navires de la flotte russe en mer Noire avaient repoussé une attaque menée à l'aide de drones dans la baie de Sébastopol. Tous les engins assaillants ont été abattus, ont-elles ajouté.

« Aucune installation dans la ville n'a été touchée. La situation est sous contrôle », a indiqué le gouverneur pro-russe de la ville, Mikhaïl Razvojaïev, tandis que le ministère russe de la Défense a rapporté des « dégâts mineurs » sur le navire dragueur de mines Ivan Golubets, et sur le barrage de confinement de la baie.

Moscou incrimine Kiev... et Londres. « La préparation de cet acte terroriste et la formation du personnel militaire du 73e centre ukrainien des opérations maritimes spéciales ont été menées par des spécialistes britanniques basés à Otchakov, dans la région de Mykolaïv en Ukraine », a accusé le ministère russe de la Défense sur Telegram.

►Lire aussi : Zelensky fait le décompte des frappes russes et remercie ses compatriotes

Avec agences


Lire la suite sur RFI