Moscou accuse Kiev d'avoir bombardé un camp de prisonniers ukrainiens

L'armée russe accuse les forces ukrainiennes d'avoir bombardé une prison du Donbass. Selon les Russes, une quarantaine de personnes seraient mortes et il y aurait plus de 70 blessés. Selon les informations données par la Russie et par les séparatistes pro-russes du Donbass, le bombardement a visé une ancienne colonie pénitentiaire où étaient regroupés des prisonniers de guerre ukrainiens.

La prison d’Olenivka est située à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Donetsk, sur le territoire séparatiste, et c’est là notamment qu’ont été internés les combattants de Marioupol - y compris ceux du bataillon Azov que les forces pro-russes avaient l’intention de juger pour crimes de guerre.

Sur les 25 000 combattants ukrainiens qui s’étaient rendus à Marioupol, près de 200 étaient détenus dans cette ancienne colonie pénitentiaire. Selon les informations données ce vendredi matin par les forces russes et pro-russes, ce sont des tirs de roquettes ukrainiens qui ont visé le camp, faisant plusieurs dizaines de morts et de blessés parmi les détenus.

Pour les séparatistes pro-russes, cette frappe avait pour objectif d’éliminer les prisonniers qui auraient pu témoigner des exactions commises par l’armée ukrainienne. De son côté, le ministère russe de la Défense parle d’une provocation visant à effrayer les soldats ukrainiens pour les dissuader de se rendre. Pour l’heure, ce bombardement n’a pu être vérifié de source indépendante. Les seules images disponibles sont celles diffusées par la télévision russe qui présentent des baraquements carbonisés sans montrer de victimes.

Kiev dément


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles