Mort de Yves Rénier: les trois séries qui ont fait sa légende

Jérôme Lachasse avec AFP
·4 min de lecture
Yves Rénier  - Valery Hache - AFP
Yves Rénier - Valery Hache - AFP

L'acteur et réalisateur Yves Rénier est mort dans la nuit de vendredi à samedi d'un malaise cardiaque à son domicile de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), a annoncé son épouse à l'AFP. Âgé de 78 ans, l'inoubliable commissaire Moulin était passé à la réalisation ces dernières années avec notamment un téléfilm consacré à Jacqueline Sauvage, avec Muriel Robin, grand succès d'audience.

S'il a commencé sa carrière au cinéma en 1961 dans Le Comte de Monte-Cristo, du réalisateur Claude Autant-Lara, c'est à la télévision que le doubleur de Rick Hunter a durablement marqué les esprits des téléspectateurs avec ses rôles dans trois séries cultes: Belphégor, Les Globe-Trotters et Commissaire Moulin.

• "Belphégor" (1965)

C'est en 1965 qu'Yves Rénier rencontre le succès public dans la mini-série Belphégor de Claude Barma, où il partage l'affiche avec la chanteuse Juliette Gréco. Le jeune homme de 23 ans joue un des rôles principaux, André Bellegarde, le jeune étudiant qui veut percer le mystère de Belphégor, qui hante la nuit le département d'égyptologie du Musée du Louvre.

https://www.youtube.com/embed/CNGt6eiTJlc?rel=0

"Barma m'avait engagé sur ma bonne tête, après avoir vu un épisode des Cinq dernières minutes. (...) Ça a été mon premier grand job", s'était-il souvenu dans Le Figaro en 1992, en ajoutant une anecdote amusante: amateur de voitures de sport, il avait acheté quelques mois plus tôt à Claude Barma une Alfa Roméo Giulia 1600 d'occasion, que le comédien avait ensuite remboursé avec son cachet de Belphégor.

Rénier, qui jouait au théâtre alors que la série cartonnait à la télévision, a été victime du succès de Belphégor:

"Au moment de la diffusion de Belphégor, quatre samedis de suite, je jouais une pièce de boulevard. Ces quatre soirs-là nous ont enlevé notre public. Paris (...) regardait la télévision. (...) Ayant appris que j'étais mêlé à l'histoire, ils sont venus me voir de plus en plus nombreux."

• "Les Globe-Trotters" (1966)

Auréolé du succès de Belphégor, Yves Rénier décroche le rôle principal des Globe-Trotters. Alors âgé de 24 ans, il incarne le temps de 39 épisodes le journaliste Pierre Ribard, qui fait un tour du monde avec ses économies. De Manille à Istanbul en passant par Tokyo, Montréal et Bangkok, la série fait rêver les jeunes de la fin des années 1960.

https://www.youtube.com/embed/l-oDlwbnB-Q?rel=0

Après le succès de la fiction, qui dure trois ans sur l'ORTF, Yves Rénier décide de suivre le modèle de son personnage et de voyager à traver le monde.

"Les Globes-Trotters m'avait donné envie de retourner dans les endroits où j'avais été. On n'y restait pas assez longtemps. Bali, en 1969, c'était le paradis", avait-il expliqué en 1988 à Thierry Ardisson sur le plateau de l'émission Bains de Minuit.

• "Commissaire Moulin" (1976-2006)

Féru de faits divers, c'est son personnage de Moulin qui lui offre la notoriété. Dans cette série créée en 1976 par Paul Andréota et Claude Boissol, Yves Rénier incarne un policier à la poursuite de meurtriers, racketteurs et criminels avec un look décontracté. La série télévisée est interrompue en 1982 avant d'être reprise en 1989 par Yves Rénier et Georges Moréas, ex-commissaire à la retraite.

https://www.youtube.com/embed/kwn67sNIeqs?rel=0&start=2247"Il fallait que le personnage sonne juste", confiait-il au journal Le Monde en 1994. La série, qui a pris fin en 2008, a été un succès public et critique.

Réunissant jusqu'à 10 millions de téléspectateurs, Commissaire Moulin avait été la première série policière française "nouvelle génération" en comparaison aux séries de l'époque comme Les enquêtes du commissaire Maigret. Yves Rénier y écrit lui-même une dizaine de scénarios et la série accueille de nombreuses célébrités comme Johnny Hallyday.

"Moulin n'est pas parfait, il a parfois des gestes limites pour un commissaire mais c'est un être humain. Il n'est pas politiquement correct", confiait-il au quotidien Le Parisien en 2004.

Après une longévité record, la série prend fin en 2008 sur fond de polémique autour de la violence du personnage principal. "J'ai toujours eu cette réputation de mec ultra-violent. C'est tellement 'faux-derche' quand on voit les films américains", avait-il affirmé.

Article original publié sur BFMTV.com