Mort de Vanille: pour la première fois, le système Alerte enlèvement n'a pas permis de retrouver l'enfant

Mort de Vanille: pour la première fois, le système Alerte enlèvement n'a pas permis de retrouver l'enfant

Le dispositif lancé en France en février 2006, a été déclenché à 23 reprises, avant l'enlèvement de Vanille. Jusqu'à maintenant, il avait à chaque fois permis de retrouver les mineurs enlevés.

Le dispositif Alerte enlèvement a été déclenché samedi soir, après que la petite Vanille, un an, a été enlevée par sa mère vendredi à Angers (Maine-et-Loire). Il n'a cependant pas permis de retrouver la fillette, dont le corps a été découvert ce dimanche en fin d'après-midi dans une benne à vêtements, comme l'a indiqué le procureur de la République d'Angers, la mère ayant indiqué lui avoir donné la mort. Un dénouement aussi effroyable qu'inédit pour le dispositif lancé en février 2006.

Jusqu'à présent, à chaque fois que le dispositif avait été déclenché, il avait fonctionné. Soit à 23 reprises après le rapt de 28 mineurs, décompte Le Figaro, sans compter l'enlèvement de Vanille.

La dernière Alerte enlèvement remonte à mai 2019 pour un garçonnet de 2 ans, Osnachi, victime d'un rapt en plein centre de Marseille. Il avait été retrouvé sain et sauf quelques heures plus tard dans un hôtel de Valence (Drôme) avec l'homme qui l'avait enlevé.

Un dispositif adopté en France en 2006

Le plan Alerte enlèvement est un dispositif d'alerte massive et immédiate, déployé pour aider à la recherche d'un enfant présumé enlevé. Il est largement inspiré du plan "Amber Alert", créé au Texas en 1996, après l'enlèvement et l'assassinat de la petite Amber Hagerman.


Adopté en France en février 2006, il consiste à lancer en cas de rapt d'enfant mineur une alerte massive pour mobiliser la population dans la recherche de...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi