Mort de Valéry Giscard d'Estaing: les anciens présidents de la République lui rendent hommage

Robin Verner
·3 min de lecture
Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing en octobre 2018.  - Thomas Samson
Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing en octobre 2018. - Thomas Samson

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tous deux rendu hommage, dès ce mercredi soir, à Valéry Giscard d'Estaing, peu après l'annonce publique de la mort de ce dernier à l'âge de 94 ans.

Nicolas Sarkozy fait part de sa "tristesse"

Nicolas Sarkozy a commencé sa carrière militante au milieu des années 1970 en tant que jeune chiraquien, à une époque où les relations entre le président de la République d'alors, Valéry Giscard d'Estaing, et son ex-Premier ministre étaient déjà exécrables. 45 ans plus tard, lui-même ancien chef de l'État, actuellement jugé dans le cadre de l'affaire des écoutes, il a toutefois sans tarder rendu un hommage vibrant à celui qui vient de s'éteindre ce mercredi, emporté par le Covid-19.

Sur Twitter, Nicolas Sarkozy a ainsi témoigné de son sentiment: "J'apprends avec une grande tristesse la mort de Valéry Giscard d'Estaing qui aura toute sa vie œuvré au renforcement des liens entre les nations européennes, cherché et réussi à moderniser la vie politique, et consacré sa grande intelligence à l'analyse des problématiques internationales les plus complexes".

"J'ai toujours eu plaisir à débattre avec lui"

Il a poursuivi en évoquant de manière plus personnelle ses rapports avec son (déjà lointain) prédécesseur: "Il est un homme qui a fait honneur à la France, un homme pour qui j'ai éprouvé de l'admiration et avec qui j'ai toujours eu plaisir à débattre". "Carla et moi-même présentons à son épouse et ses enfants l'expression de nos vœux émus", a-t-il encore dit, ajoutant: "Que Valéry Giscard d'Estaing repose désormais en paix aux côtés de ses parents et de sa chère fille disparue si cruellement".

Jacinte Giscard d'Estaing, dont le prénom était inspiré d'une fleur comme celui de sa mère Anne-Aymone ou encore sa soeur Valérie-Anne, est morte le 16 janvier 2018 après une longue maladie.

François Hollande retient de Valéry Giscard d'Estaing son "ouverture au monde"

Sous le septennat de Valéry Giscard d'Estaing, François Hollande est un jeune énarque puis, à sa sortie de l'École Nationale de l'Administration en 1980, il entre à la Cour des Comptes. Encarté au Parti socialiste en 1979, chargé de mission à l'Élysée en 1981 après l'alternance mitterrandienne, il n'a, pas plus que Nicolas Sarkozy, jamais intégré les troupes d'un président de la République, chef de file du centre droit.

Naturellement, l'ex-chef de l'État a toutefois salué la mémoire de Valéry Giscard d'Estaing ce mercredi soir, à travers un communiqué de presse transmis à l'AFP. "La France perd un homme d'État qui a fait le choix de l'ouverture au monde", a-t-il initié. Il a décrit le défunt comme un dirigeant politique "résolument européen". Il a d'ailleurs mis en exergue sa "contribution au renforcement du couple franco-allemand, à la mise en place de l'union monétaire et à l'ouverture du Marché commun".

François Hollande a ensuite dépeint Valéry Giscard d'Estaing comme un "président ayant modernisé la France". "Conscient de sa grande intelligence qu'il mettait au service de son pays, il espérait apparaître comme un président simple et proche des Français. Il n'a pas toujours été compris", a achevé l'ex-président socialiste.

Article original publié sur BFMTV.com