Mort de trois gendarmes dans le Puy-de-Dôme : un individu "surarmé" et "déterminé" selon le procureur

Le drame a eu lieu dans la nuit du 22 au 23 décembre dans un hameau, le Cros, situé dans la commune de Saint-Just (Puy-de-Dôme). Appelés dans la soirée pour des faits de violences conjugales, les forces de l’ordre ont essuyé de nombreux tirs d’un individu tandis que sa femme s’était réfugiée sur le toit de leur maison. Cette nuit d’horreur a vu trois gendarmes être tués, et un quatrième blessé. Pour décrire le profil du tueur présumé, le procureur de la République de Clermont Ferrard, Éric Maillaud, a évoqué "un individu surarmé, quelqu’un extrêmement déterminé à faire un carnage quels que soient les personnes face à lui". Un déferlement de violence Le suspect a ensuite incendié sa maison et pris la fuite en voiture. Il a été retrouvé mort, et les premiers éléments de l’enquête s’orienteraient vers un suicide. Le forcené était lourdement armé, et disposait d’au moins un fusil d’assaut AR15 et de deux pistolets Glock. "Même un gendarme expérimenté ne pouvait anticiper un tel déferlement, une telle détermination avec des armes à feu", a déploré Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie nationale.