Mort tragique de la surfeuse Katherine Diaz, à seulement 22 ans : elle a été frappée par la foudre

·1 min de lecture

C'est un drame qui laisse une famille dans le deuil et les amateurs de surf dans l'effroi. Vendredi 18 mars, la championne salvadorienne Katherine Diaz a été retrouvée morte. Cette prometteuse surfeuse de 22 ans, qui se préparait en vue des Jeux Olympiques de Tokyo qui se tiendront cet été après un report d'un an lié à la crise du Covid-19, a été frappée par la foudre, rapportent plusieurs sources locales. Comme l'indiquent les premiers éléments de l'enquête, elle était en pleine session d'entraînement sur la plage d'El Tunco, dans le sud-ouest de ce pays d'Amérique centrale, lorsqu'un violent phénomène climatique s'est déclaré.

Après avoir vu la surfeuse atteinte par l'éclair et s'écrouler, des témoins présents sur la plage auraient tenter de rapidement lui porter secours, jusqu'à l'arrivée des ambulances. Mais la jeune femme est malheureusement morte dans les très courts instants qui ont suivi l'incident. L'Association de surf internationale (ISA) a confirmé ce décès, et a salué la mémoire de la victime sur Twitter. On peut ainsi lire : "Katherine incarnait la joie et l'énergie qui rendent le surf si spécial et si cher à nous tous, en tant qu'ambassadrice du sport. Elle a excellé au niveau de la compétition internationale, représentant son pays avec fierté aux World Surfing Games et au championnat du monde junior de surf". Comble de l'horreur, un membre de la famille de la championne était sur les lieux du drame. Il s'agit de son oncle, Beto Diaz.

Celui-ci a donné plus de détail (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Zlatan Ibrahimovic : très ému d'être de retour en sélection suédoise, il fond en larmes (VIDEO)
Alexandre Ruiz quitte beIN Sports : "J'avais besoin de nouveaux challenges"
Luca et Enzo Zidane déclarent leur amour à leur maman Véronique, les internautes craquent (PHOTOS)
Philippe Candeloro déçu par Nathalie Péchalat : "J'espérais que cela serait différent avec elle"
Canal + aurait censuré des passages mettant en cause Pierre Ménès dans le documentaire de Marie Portolano sur les violences sexistes