Mort de Thomas Rauschkolb: la justice fait exhumer la dépouille, la piste Nordahl Lelandais explorée

Cécile Ollivier avec Ambre Lepoivre
·3 min de lecture
Un écusson de la police nationale (image d'illustration) - AFP
Un écusson de la police nationale (image d'illustration) - AFP

En 2015, aucune autopsie n'avait été réalisée. Quand Thomas Rauschkolb est retrouvé mort le 28 décembre de cette même année sur les berges de la rivière du Sierroz, à Grésy-sur-Aix en Haute-Savoie, les gendarmes concluent à un accident. Le jeune homme de 18 ans, ivre au moment où il quitte la discothèque Studio 54, est retrouvé sans vie au fond d'un ravin, après une chute de 13 mètres. Sans trace suspecte ni d'élément en faveur de l'intervention d'un tiers, l'enquête est classée sans suite.

Un scénario qui ne convainc pas son père, Françis Rauschkolb. Près de six ans plus tard, la justice émet des doutes à son tour sur la thèse de l'accident.

"C'est une théorie qui ne tient pas la route. Là où mon fils a été retrouvé ne correspond pas à sa façon d'être, d'entrer dans la propriété de quelqu'un, de passer une palissade en état alcoolisé, c'est quelque chose qu'il ne fait pas, il n'a pas été élevé comme ça", soutient-il à BFMTV.

Selon les informations du Parisien, confirmées à BFMTV, un juge d'instruction de Chambéry a fait exhumer le corps de Thomas Rauschkolb, à la demande de la famille, afin de réaliser une autopsie.

Déterminer s'il s'agit bien d'un crime

Le but: déterminer si cette mort peut être criminelle. La famille s'interroge aussi sur l'éventuel rôle de Nordahl Lelandais - mis en cause dans les meurtres de Maëlys De Araujo et Arthur Noyer - dans la mort du jeune homme, même si le parquet indique que cette piste a déjà été explorée et refermée par le passé.

"On va ouvrir plusieurs portes", dont la piste Lelandais est "l'une des premières", affirme l'avocat des parents, Me Bernard Boulloud.

Pour l'avocat, qui a déposé plainte contre X pour meurtre, cette autopsie "devrait permettre de savoir s'il existe des fractures suspectes liées à des coups et non pas à la chute de Thomas. Ce qui accréditerait alors la piste criminelle". "On ne peut pas conclure aussi vite comme les enquêteurs l'ont fait, sans autopsie ça me paraît impensable", ajoute le pénaliste à l'antenne de BFMTV.

Ce dernier ajoute qu'il s'agit d'un "acte terrible pour la famille, cinq ans après les faits, d'être obligé d'exhumer le corps de leur enfant pour connaître la vérité".

Une photo de Lelandais dans la même discothèque

La famille s'appuie sur des éléments qui pourraient relier celui qui est incarcéré depuis septembre 2017 à Thomas Rauschkolb. Le soir de sa mort, le jeune homme a quitté la boîte de nuit et est parti dans la direction opposée à son domicile. Sur le chemin, il a perdu une chaussure et sa ceinture a été retrouvée accrochée à un grillage. Pour son père, cela démontre qu'il fuyait une personne qui le pourchassait.

De plus, ce dernier a obtenu une photo faite en 2012 par une serveuse du Studio 54 et sur laquelle apparaît Nordahl Lelandais. L'homme fréquentait donc la même discothèque que Thomas Rauschkolb. Enfin, l'ex-compagne de Nordahl Lelandais a évoqué, dans un entretien au Parisien, la possibilité qu'il soit impliqué dans cette disparition: "Il faudrait creuser le dossier du jeune Thomas Rauschkolb retrouvé mort à côté d'une boîte de nuit en décembre 2015."

Le parquet de Chambéry temporise et indique que les enquêteurs ont déjà épluché le parcours de vie de Nordahl Lelandais après la découverte du cliché, et ont conclu qu'il ne fréquentait plus ni la discothèque ni le secteur au moment de la mort de Thomas Rauschkolb.

Article original publié sur BFMTV.com