Mort du rappeur américain DMX à l'âge de 50 ans

·1 min de lecture

C'est une légende du rap qui vient de s'éteindre et les fans de DMX sont sous le choc de cette disparition brutale. Vendredi 2 avril, le rappeur new-yorkais avait été conduit à l'hôpital alors qu'il venait de faire une crise cardiaque selon son avocat Murray Richman. Des rumeurs persistantes non confirmées par le conseiller du rappeur affirment que ce dernier a succombé à une overdose. La mauvaise nouvelle est tombée ce vendredi 9 avril. La famille du musicien a confirmé le décès de DMX dans un communiqué relayé par People : « Nous sommes profondément attristés d'annoncer aujourd'hui que notre bien-aimé, DMX, nom de naissance d'Earl Simmons, est décédé à l'âge de 50 ans à l'hôpital White Plains avec sa famille à ses côtés après avoir été placé sous assistance respiratoire ces derniers jours ».

DMX est né Earl Simmons le 18 décembre 1970 à Mount Vernon dans l'état de New-York. Enfant d'un foyer désuni, sans figure paternelle, Earl est rapidement confronté à la violence. A neuf ans son pitt bull est abattu par les forces de l'ordre, cet évènement traumatisant est le point de départ d'une adolescence de violences et de fugues et le début de ses problèmes avec la justice. En 1988 pourtant une embellie, il commence une carrière dans le beatbox; en 1998 il décroche un contrat dans la maison de disque Def Jam label historique et précurseur du Hip Hop. DMX publie son premier album, It's Dark and Hell Is Hot le 12 mai 1998, un véritable carton qui s'écoule à plus de six millions d'exemplaires, (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO Mort du prince Philip : cette épreuve supplémentaire imposée aux Britanniques après la mort du mari d'Elizabeth II
PHOTO Mort du prince Philip : sa dernière apparition auprès de la reine Elizabeth II
Fanny Skalli : l'ex de Florent Manaudou est devenue maman, découvrez la réaction de Laure Manaudou
Mort du prince Philip : pourquoi ses quatre enfants ne portent pas le nom Mountbatten
Mort du prince Philip : ces liaisons supposées qu’Elizabeth II « acceptait »