Mort du peintre A.R. Penck, «nouveau fauve» allemand

Libération.fr
Ohne Titel (Gruppe), 1961.

L'artiste, actuellement exposé à la Fondation Maeght en France, est mort à Zurich à l'âge de 77 ans. Il était l'un des représentants des «nouveaux fauves».

Ses personnages filiformes et schématiques, réduits très simplement à des bâtonnets, font face, dans des toiles saturées de formes, de signes et de créatures, à des situations périlleuses et tumultueuses. Ils semblent occupés à chercher leur place au cœur du tableau et au-delà, dans le monde et dans l’Histoire.

A lire aussi L’impact Penck

A.R. Penck, Ralf Winkler de son vrai nom, mort mardi 2 mai à Zurich à l’âge de 77 ans, a lui aussi longtemps cherché sa place au milieu des affres de l’histoire de l’Allemagne dans l’après-guerre. Né à Dresde en 1939, il grandit dans une ville dévastée par les bombardements. Devenu artiste, sans être diplômé d’aucune école après avoir successivement raté les concours d’entrées des Beaux-arts de Berlin et de Dresde, s’affranchissant de la mode et de la norme du réalisme socialiste, il est inquiété à plusieurs reprises par les autorités est-allemandes, au point qu’il prend le pseudonyme d’A.R Penck, un nom programmatique puisqu’il est celui d’un géologue, Albrecht Penck (1858-1945), grand spécialiste de l’ère glaciaire.

Remettre les choses à zéro

L’artiste se tourne vers les formes simples de l’art pariétal, une manière pour lui de prendre du recul ou de remettre les choses à zéro : «Je devais, expliqua-t-il, me frayer un chemin à travers beaucoup de couches d’information, au travers de toute l’histoire de l’art ; c’est ainsi que j’ai buté sur l’ère glaciaire de la peinture des cavernes.» Dès lors, il adopte son propre système d’expression et de communication, un répertoire de signes, d’inscriptions, de pictogrammes qui témoignent de l’ambition de l’artiste de s’adresser au plus grand nombre et d’inventer un langage universel. S’il y a dans ces peintures codées, espèces de grands rébus au graphisme aussi rudimentaire que la palette (longtemps réduite à des teintes (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Diaporama
Grand Prix Images Vevey : déconstruction de famille
Raymond Depardon : «On voyait tout New York derrière les cuvettes des lavabos»
Écoles d'art, préserver l’enseignement de la différence
Mort de Vito Acconci, performeur d'un art sans borne

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages