Mort de Patrick Juvet : "C'était une grandiloquence et du lyrisme", selon le journaliste Bertrand Dicale

franceinfo
·1 min de lecture

Patrick Juvet, "c'était à la fois une grandiloquence et du lyrisme", a raconté jeudi 1er avril sur franceinfo le journaliste Bertrand Dicale, spécialiste musique sur franceinfo, après la mort du chanteur suisse à l'âge de 70 ans. Le corps de l'artiste a été retrouvé jeudi dans un appartement à Barcelone. Patrick Juvet était un artiste "très charpenté" culturellement qui a émergé à une époque où il y avait "une euphorie du marché de la musique" et un "optimisme complètement fou."

franceinfo : Patrick Juvet fait partie de cette nouvelle génération débarquée dans les années 1970 qui bouscule ce qui est en place et se met au disco...

Bertrand Dicale : Ce n'est pas que le disco, c'était à la fois une grandiloquence et du lyrisme. Evidemment, avec sa voix de tête suraiguë, c'était vraiment relativement facile pour lui. Mais c'est aussi l'époque de Ziggy Stardust, du glam rock britannique, de David Bowie et de ses postures et ses costumes extravagants. Il y a ces années 1970 qui sont traversées par un mélange à la fois de lyrisme, de romantisme et de liberté complètement folle. C'est un moment où le public est capable d'absorber des fantaisies, des extravagances qui, paradoxalement, n'étaient pas possible dans les années 1960. Il incarne ce moment de folie.

Il avait une folie vestimentaire, une folie dans l'apparence, le maquillage. On se permet tout à cette époque-là ?

On se permet tout parce qu'on a des bons modèles, parce qu'on a une liberté complète, parce qu'il y a une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi