Mort de Patrick Dupond : les dernières volontés du danseur révélées

·1 min de lecture

Douze jours se sont écoulés depuis la mort de Patrick Dupond, ancien danseur étoile devenu juré pour Danse avec les stars. Décédé le 5 mars dernier à l'âge de 61 ans, il a laissé un grand vide derrière lui. Aussi bien dans le coeur des téléspectateurs, que dans celui de ses acolytes du show-business. Shy'm, Chris Marques, Camille Combal... ils sont très nombreux à lui avoir rendu hommage. Mais la plus affectée par cette disparition est sans aucun doute Leïla Da Rocha, qui partageait sa vie depuis plus de quinze ans. Ancienne basketteuse professionnelle, cette dernière s'était reconvertie dans la danse orientale, qu'elle pratiquait aux côtés de son cher et tendre. Sa mort est donc un déchirement pour la danseuse, qui préfère se retirer de la scène médiatique le temps de faire son deuil. "Le retour à la maison est quelque chose de très dur à vivre. Je vais me ressourcer et essayer de trouver une nouvelle respiration, de retrouver mon souffle. J’ai besoin de retrouver un silence. Comme toutes les personnes qui traversent un deuil, je pense qu'il faut savoir se ressourcer et le meilleur des moyens, je pense que c’est la solitude", a-t-elle confié dans les colonnes de Femme Actuelle.

Leïla Da Rocha, qui refuse de laisser Patrick Dupond "tomber dans l'oubli", a à coeur d'honorer sa mémoire. C'est pourquoi elle s'est agacée contre le gouvernement, qui selon elle n'a pas suffisamment rendu hommage au défunt, figure emblématique de l'Opéra de Paris. De son côté, elle entend bien faire respecter (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Luc Besson accusé de viol : la juge chargée de l'enquête clôt l'instruction, la plaignante est stupéfaite
Serge Gainsbourg "jouait au mec bourré" : les surprenantes révélations d'un de ses proches
PHOTO Gigi Hadid : ce cliché pleine de tendresse avec sa fille
Les Marseillais à Dubaï : Maeva Ghennam s'en prend encore une fois violemment à Laura
Meghan et Harry : ces autres membres importants de la famille royale dont les enfants n'ont pas de titre