La mort de Milos Forman, le réalisateur de "Vol au-dessus d'un nid de coucou"

Culturebox (avec AFP)
Le réalisateur américain d'origine tchèque Milos Forman, est mort à 86 ans, ont rapporté samedi les médias tchèques. L'auteur de "Vol au-dessus d'un nid de coucou" et "Amadeus" avait reçu deux Oscars du meilleur Réalisateur pour ces films en 1976 et 1985.

"Il est décédé paisiblement, entouré de sa famille et de ses proches", a dit sa femme Martina, citée par l'agende presse tchèque CTK

Figure de la Nouvelle vague tchèque

Né le 18 février 1932 à Caslav, une petite ville à une centaine de kilomètres de Prague, il devient orphelin après la déportation et la mort de ses parents, résistants tchèques contre l'occupant nazi, dans les camps de concentration Buchenwald et Auschwitz.


Après avoir fréquenté un internat pour l'élite de la jeunesse communiste à Podebrady près de Prague où il rencontre Vaclav Havel, futur dramaturge, dissident et président, il poursuit ses études à la prestigieuse Ecole du cinéma de Prague FAMU.

 

Dans les années 1960, il rejoint la Nouvelle vague de cinéastes se dressant contre le régime communiste dans l'ex-Tchécoslovaquie. Avec les films "Le Concours (1963), "L'As de pique" (1964), "Les Amours d'une Blonde" (1965) et "Au feu, les pompiers!" (1967), il contribue largement à la naissance de la Nouvelle vague tchécoslovaque, caractérisée par la franchise de l'expression souvent obtenue grâce au choix d'acteurs non professionnels.
 

Peu de temps avant l'occupation de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie en 1968, qui a mis fin à une période libérale connue sous le nom de Printemps de Prague, Forman opte pour l'exil, d'abord en France puis aux Etats-Unis.

Reportage : N. Hayter /S. Lacombe

Une brillante carrière aux Etats-Unis

New-Yorkais d'adoption naturalisé Américain en 1977, il obtient la consécration internationale grâce à une kyrielle de films au succès flamboyant.


Il tourne "Vol au-dessus d'un nid de coucou" (1975), film sur les hôpitaux psychiatriques avec Jack Nicholson et Louise Fletcher, qui lui vaut son premier Oscar de réalisateur. Il s'attèle ensuite à la version cinématographique de la célèbre comédie musicale "Hair" (1979), puis "Ragtime" en 1981.

 

"J'ai connu la pression politique et idéologique d'un pays communiste, et celle, commerciale, (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr



Milos Forman, cinéaste insoumis, en 5 films
Milos Forman reçoit à Lyon le Prix Lumière 2010
Venise : David Cronenberg reçevra un Lion d'Or pour l'ensemble de sa carrière
Cannes 2018 : Lars von Trier, exclu depuis 2011, revient hors compétition
Le retour du cinéma chanté à Hollywood

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages