Mort de Mikhaïl Gorbatchev: le regard de la Chine sur un anti-modèle

Les réactions se multiplient, mercredi 31 août, après le décès dans la soirée de mardi de Mikhaïl Gorbatchev à l’âge de 91 ans. En Chine, le dernier dirigeant de l'URSS est considéré comme un anti-modèle par les dirigeants. Les hommages se veulent donc très mesurés, parfois même sévères.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

On ne peut pas dire que Mikhaïl Gorbatchev fasse l’objet d’hommages appuyés en Chine. Le décès de l’ex-dirigeant de l’URSS est rapporté factuellement par les médias d’État comme le China Daily. L’agence Chine Nouvelle revient sur les grandes dates de sa vie, photos à l’appui, et notamment un rire partagé avec l’Américain Ronald Reagan en 1987.

Gorbatchev sur la place Tiananmen en 1989

Pas d’images en revanche, deux ans plus tard, de la visite de Gorbatchev au Grand palais du peuple à Pékin, en 1989, alors que les étudiants chinois étaient rassemblés place Tiananmen. Un voyage qui va pourtant façonner l’Histoire en confortant le dirigeant russe dans sa politique de « reconstruction » et d’ouverture, la fameuse « perestroïka », considérée comme une politique de « destruction » par Deng Xiaoping qui, selon son fils, qualifiait son homologue soviétique « d’idiot », parce qu’il mettait, selon lui, la réforme politique avant le développement économique.


Lire la suite sur RFI