Mort de Michel Charasse : pourquoi il n’était pas rentré dans l’église lors des obsèques de François Mitterrand ?

"S'il me demande de flinguer, je flingue". Voilà comment Michel Charasse résumait, avec une petite phrase dont il avait le secret, sa relation avec François Mitterrand. L'homme politique, décédé ce vendredi 21 février à 78 ans, a longtemps été un proche conseiller de l'ancien président de la République. D'abord figure dans le Puy-de-Dôme, c'est à ses côtés qu'il est entré dans l'antre du pouvoir. En 1981 à peine élu à la tête de l'Etat, François Mitterrand n'a pas tergiversé avant de nommer Michel Charasse au secrétariat général de l'Elysée. Peu après, il a gravi les échelons. Conseiller du président, ministre délégué chargé du Budget, ministre du Budget de deux gouvernements... une ascension freinée en 1992 par son élection aux sénatoriales. Mais l'ancien ministre n'a jamais quitté François Mitterrand, quitte à agacer un peu le Parti socialiste de l'époque qui n'appréciait pas vraiment sa gouaille ni ses arrangements avec les stars...

Eternel confident de François Mitterrand, c'est lui qui s'est occupé d'organiser ses obsèques. Le 8 janvier 1996, Michel Charasse a lui-même appelé le maire de Jarnac pour l'informer du décès de l'ancien président de la République, comme le rappelle Sud-Ouest. "Prévenez le préfet, l’évêque, les obsèques auront lieu à Jarnac comme vous le savez. Ce sera jeudi matin", annonçait-il à Maurice Voiron. Conformément à ses voeux, François Mitterrand a été inhumé en Charente. Ses obsèques se sont déroulées dans la plus stricte intimité pendant qu'à Paris,

Retrouvez cet article sur GALA

Pamela Anderson riposte après son mariage-éclair : "Je n'ai besoin de personne pour payer mes factures "
Sophie de Wessex : la “remplaçante” de Meghan Markle va être royalement honorée
Moussa (Koh-Lanta) explique pourquoi le jeu d'aventure a été "une thérapie" pour lui
VIDÉO - Benjamin Castaldi révèle le salaire indécent de Nabilla sur Amazon
La reine Elizabeth II ferme et définitive avec Meghan Markle et Harry : elle leur interdit d’utiliser “Sussex Royal”