Mort de Manu Dibango: "Soul Makossa", un morceau culte multi-samplé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Manu Dibango
    Musicien et auteur-compositeur camerounais
  • David Mancuso
    Disc jockey américain

MUSIQUE - “Papy groove” s’en est allé. Ce mardi 24 mars, le chanteur camerounais Manu Dibango est décédé des suites d’une contamination au coronavirus à l’âge de 86 ans, ont annoncé ses proches sur la page Facebook de l’artiste. Le saxophoniste aux 60 ans de carrière aura marqué plusieurs générations, notamment avec le morceau “Soul Makossa”.

Sortie en 1972, cette chanson n’était au départ que la face B d’un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Le titre, mélange de l’influence de James Brown et du rythme traditionnel camerounais makossa, a depuis connu mille vies.

David Mancuso, DJ mythique des soirées “The Loft” à New York dans les années 1970, aurait déniché le disque de Manu Dibango dans un disquaire de Brooklyn avant d’en faire l’un des hymnes de ses nuits. Il est rapidement imité par Franckie Crocker, aussi DJ mais surtout animateur de WBLS, la station de radio de musique noire à New York.

C’est de cette façon que le gimmick rythmé de “Soul Makossa” arrive aux oreilles de la star de la pop, Michael Jackson et de son coproducteur Quincy Jones. Dans le titre “Wanna be startin’ something”, extrait du mythique album “Thriller” sorti en 1982, MJ sample allègrement Manu Dibango. Accusé de plagiat par l’artiste camerounais, les deux trouvent un accord financier.

Il s’agissait pourtant du premier sample d’une (très) longue série. En 1997, on entend le makossa de Manu Dibango dans le titre “Gettin’ Jiggy With It” de Will Smith. La même année, Jay Z reprend aussi le rythme du jazzman dans le morceau “Face Off” en featuring avec Sauce Money. 

En 2007, Rihanna sample la partition vocale de Michael Jackson dans “Don’t stop the music” – et donc le “Soul Makossa” de Quincy Jones au passage. Tandis que Kanye West, en 2010, chante “Ma-ma-se, ma-ma-se, ma-ma-ku-sa” sur “Lost in the world”. Sans oublier Beyoncé et Jay Z dans “Déjà Vu”, Childish Gambino dans “You see me” ou encore les Fuggees...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles