Mort de Mahsa Amini : comment les réseaux sociaux alimentent la contestation

L'Iran entre dans son 42e jour de contestation. Le peuple est dans la rue pour défendre ses libertés, après la mort de Mahsa Amini pour "tenue inappropriée" à Téhéran. Arrêtée par la police des mœurs, elle est décédée trois jours plus tard à l'hôpital. Mais si la révolte prend une telle ampleur, c'est parce que les réseaux sociaux sont des relais efficaces. Retour sur une révolte bien réelle alimentée par le virtuel.

>> LIRE AUSSI - «Le régime est devenu encore plus féroce» : en Iran, le moindre contact avec l'étranger peut être réprimandé

Une nouvelle "génération des mouvements sociaux"

Du côté de Twitter, tout commence le 15 septembre avec un tweet d'Amnesty International qui annonce la mort de Mahsa Amini . La première manifestation a lieu à Saguenay, ville natale de la jeune femme en Iran . Et plus de 40 ans après la révolution de 1979, cette fois-ci, les réseaux sociaux suffisent à informer la terre entière en temps réel. Les forces de l'ordre sont filmées quand elle tire dans la foule pour disperser les manifestants, les images sont partagées et commentées. Le 20 septembre, l'appel à la révolution se propage à une folle vitesse à travers le pays et un hashtag est créé : #IranRevolution. Le mouvement gagne les universités et devient une fronde contre le régime. Sur Instagram, Twitter et Facebook, des centaines de vidéos montrent des manifestantes. Elles retirent leur voile en public et se filment en train de se couper les cheveux. La fronde spontanée devient u...


Lire la suite sur Europe1