Mort de Magali Blandin : accusé de laxisme, le procureur s’explique

Source AFP
·1 min de lecture
Philippe Astruc, procureur de Rennes, a défendu le bilan de la justice face aux violences faites aux femmes.
Philippe Astruc, procureur de Rennes, a défendu le bilan de la justice face aux violences faites aux femmes.

Le procureur de Rennes a répondu, mardi 23 mars, aux accusations de laxisme de la justice après la plainte pour violences conjugales déposée par Magali Blandin en septembre dernier. Cette mère de famille de 42 ans, disparue le 10 février, a été tuée à coups de batte de baseball par son mari, dont elle était en train de se séparer. L'homme a avoué les faits. Le corps de la victime a été retrouvé vendredi. Les obsèques auront lieu jeudi 25 mars à 14 heures en l'église de Bain-de-Bretagne, selon l'avis de décès relayé par France Bleu Armorique.

Le féminicide présumé de cette femme de 42 ans a suscité un vif émoi dans l'opinion et plusieurs responsables politiques et associatifs ont pointé du doigt la justice. « Il y a eu une réponse judiciaire, mais qui n'est pas passée par une poursuite », a expliqué le procureur de Rennes.

« Le couple venait de se séparer. Elle a été tuée à coups de batte de baseball. De batte de baseball. Elle avait déposé plainte pour violences. La plainte avait été classée sans suite. En fait, rien ne change. C'est désespérant et révoltant », a écrit sur Twitter Laurence Rossignol, sénatrice socialiste et ancienne ministre.

Vive polémique à cause de la plainte classée sans suite

« Halte aux violences faites aux femmes. Effroi et désespoir pour Magali Blandin, mère de quatre enfants, massacrée par son mari. Elle avait porté plainte pour violence conjugale. La plainte fut classée, c'est révoltant », a estimé Ségolène Royal. La militante fémini [...] Lire la suite