Mort de Kobe Bryant : sa veuve Vanessa ahurie par une révélation sur la compagnie d’hélicoptère

Le légendaire basketteur Kobe Bryant est décédée le 26 janvier dernier dans un accident d'hélicoptère au côté de sa fille de 13 ans Gigi et de sept autres personnes. Si les circonstances du crash sont encore floues et que toutes les responsabilités n'ont pas encore été établies, il apparaît que des conditions climatiques défavorables et une erreur de pilotage pourraient en être à l'origine. Conséquence logique, la veuve du sportif Vanessa a porté plainte contre la société d'hélicoptère auprès du tribunal, le jour même de la cérémonie hommage qui s'est tenue au Staples Center de Los Angeles.

Mais comme le dévoile le site américain TMZ, Vanessa Bryant a eu la très mauvaise surprise de découvrir que la compagnie d'assurance de la société incriminée ne disposait pas des moyens nécessaires pour couvrir l'indemnisation. Selon TMZ, qui cite une source proche de la compagnie, cette dernière ne dispose que d'une couverture de 50 millions de dollars, très très loin donc du montant estimé des dommages. Et pour cause, la veuve du basketteur a demandé le versement de dommages et intérêts compensatoires et punitifs. "En termes de dommages-intérêts compensatoires, la famille de Kobe à elle seule qui pourrait avoir droit à des centaines de millions de dollars car son potentiel de revenus était énorme." écrit le site américain.

Un long combat judiciaire s'engage donc entre les familles des victimes et la compagnie d'assurance, même si pour l'heure Vanessa Bryant est la seule à avoir déposé plainte

Retrouvez cet article sur GALA

Le candidat de télé-réalité Mujdat Saglam, alias "le mec à Milla", en garde à vue pour violences aggravées
VIDÉO - Elsa Esnoult : pourquoi ses fans ont été "tristes" lors de son passage dans Danse avec les stars
Retour du prince Harry en Grande-Bretagne : son frère William à la fois “heureux” et “inquiet”
VIDÉO - Sophie Davant manque de chuter dans Affaire conclue : "Je me suis fait mal !"
Donald Trump : ce tacle vicieux envers Michelle Obama