Mort de Jonathan, jeune handicapé : un procès mais toujours des questions

Jean-Marc Ducos
Jonathan Vantillard, retrouvé mort dans la nuit du 13 au 14 avril 2007

Jonathan Vantillard, 18 ans, handicapé, sourd, car né sans oreilles, greffé d'un rein et atteint d'une maladie orpheline a été laissé pour mort en 2007 dans une arrière cour d'un immeuble de la rue de la Paix à Auxonne (Côte-d'Or).


Depuis plus de dix ans, cette mère courage attend une réponse. Et redoute ce silence pesant de la justice depuis la nuit du 13 au 14 avril 2007. Florbela Dos Santos, 48 ans, veut savoir pourquoi son fils, Jonathan Vantillard, 18 ans, handicapé, sourd, car né sans oreilles, greffé d'un rein et atteint d'une maladie orpheline a été laissé pour mort dans une arrière cour d'un immeuble de la rue de la Paix à Auxonne (Côte-d'Or). C'est ce jeudi que seront jugés pour «non assistance à personne en danger» devant le tribunal correctionnel de Dijon, Coralie P... 32 ans, et Loïc N..., 30 ans. Le couple habitait à l'époque au premier étage de cet immeuble. Et leurs contradictions répétées sur la présence du corps du jeune homme ont intrigué bien des enquêteurs de la gendarmerie dans ce dossier au parcours judiciaire chaotique.

Six jours d'agonie avant de succomber

«Je sais qu'ils n'ont pas tout dit. Je ne cherche pas de coupable à n'importe quel prix mais ils ont laissé Jonathan agoniser et son état s'est aggravé», lâche Florbela Dos Santos, la voix presque éteinte, elle qui avait donné en 1999, un de ses reins pour sauver son fils . Lorsque Jonathan, est découvert au petit matin vers 6h30 par un livreur en pharmacie, agonisant dans cette cour, il a deux vertèbres brisées, le poumon perforé et ses appareils auditifs enfoncés dans les oreilles. Jonathan dont la silhouette est connue de tous à Auxonne, le corps martyrisé, est au pied d'un escalier en colimaçon et ce soir là, il a beaucoup bu, une fois n'est pas coutume, en ce week end des vacances de printemps. Jonathan mettra six jours à mourir après son hospitalisation.

«S'ils avaient appelé les secours au moins plus tôt... (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Procès Fiona : les doutes de l'oncle de la fillette
Orne : une patiente grièvement brûlée lors de son accouchement
Voiture de police brûlée : jusqu'à sept ans de prison prononcés
Deux détenus profitent d'une invitation à déjeuner avec le pape pour s'évader
Attentat de Nice : l'ex-porte-parole de l'association de victimes condamné à un an de prison

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages