La mort de Jess, 17 ans, symbole du scandale des adolescents placés dans des hôtels… et du "désintérêt de certains élus" pour l'Aide sociale à l'enfance ?

France 3
·1 min de lecture

"Hier, un enfant est mort. Il a été poignardé par un enfant lui aussi extrêmement vulnérable parce qu'ils ont été livrés à eux-mêmes dans un hôtel, sans aucun soutien, sans aucun soin !" Au lendemain de la mort de Jess, 17 ans, tué le 12 décembre 2020 par un autre adolescent placé dans un hôtel social de Suresnes (Hauts-de-Seine) Lyes Louffok criait sa colère devant l'Assemblée départementale des Hauts-de-Seine. Une centaine de travailleurs sociaux étaient alors rassemblés, partageant la même révolte.

"Un bon tiers des jeunes pris en charge" par l'ASE du 92 seraient relégués dans des hôtels

Des professionnels de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) dénoncent depuis des années ces placements à l'hôtel, où les les jeunes sont livrés à eux-mêmes. Et parfois "oubliés", reconnaît l'une des éducatrices qui témoignent dans le second volet d'une enquête de "Pièces à conviction" sur les enfants placés, à voir le 27 janvier 2021. "On a une charge de travail tellement importante que, pour certains, si on arrive à les contacter une fois par semaine au téléphone, c'est déjà énorme."

Dans les Hauts-de-Seine, ces placements en hôtels (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi