Mort de Jean-François Stévenin : son fils Sagamore Stévenin raconte ses derniers instants dans un texte déchirant

·1 min de lecture

Le cinéma français est en deuil. Dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 juillet, l’acteur et réalisateur Jean-François Stévenin s’est éteint à l’âge de 77 ans. Une triste nouvelle qui a plongé l’ensemble du métier, à l’instar de Sandrine Kiberlain qui lui a rendu un hommage bouleversant, dans un profond chagrin. Décédé à l'hôpital de Neuilly-sur-Seine, celui qui a joué dans une centaine de films laisse derrière lui son épouse Claire et quatre enfants eux aussi acteurs. Né de sa première union avec Jacqueline Monnier, son fils aîné Sagamore Stévenin a fait sa première apparition sur grand écran dans La Totale ! de Claude Zidi et a vu sa popularité exploser grâce à son rôle dans la série policière Falco. Dernièrement vu dans l’adaptation française de Luther, l’acteur de 47 ans a salué la mémoire de son père dans un texte déchirant publié sur les réseaux sociaux.

Ce jeudi 29 juillet, Sagamore Stévenin s’est saisi de son compte Instagram pour publier une photo de lui enfant dans les bras de son illustre papa. Dans le message qui accompagne ce cliché, l’acteur raconte les derniers instants de son père, qu’il a accompagné jusqu'à son dernier souffle. "Nos deux grosses mains bien enlacées, je te chuchotais à l’oreille : 'N’aie pas peur… Je suis là avec toi… La mort c’est doux… La mort c’est calme… La mort c’est simple… Accroche-toi à ma voix… N’aie pas peur'. J’ai sorti de ma poche l’eau de toilette de l’Empereur et t’ai parfumé doucement. Ta femme tenait ton autre main et couvait ta (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Cyrano de Bergerac (TMC) : quand Gérard Depardieu perd un Oscar à cause d'une erreur... d'anglais !
OSS 117 : "On est allés se saouler la gueule"... Un producteur raconte l'avant-première complètement ratée du premier film
Samuel Benchetrit : sa réaction amusée aux rumeurs de séparation avec Vanessa Paradis
Ice Road : Liam Neeson héros d'une mission suicide dans le Grand Nord canadien
Maïwenn évoque son enfance marquée par la maltraitance : "Il y a énormément de violence dans les familles cultivées"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles