Mort de James Levine, chef d'orchestre accusé d'abus sexuels, à l'âge de 77 ans

·1 min de lecture

James Levine est décédé mardi 9 mars à Palm Springs, en Californie. Il avait 77 ans. C'est son médecin, Len Horovitz, qui a confirmé l'information révélée par le New York Times à l'AFP, précisant que le chef d'orchestre était mort de "causes naturelles". Depuis 2006, le directeur musical du Metropolitan Opera de New York avait des problèmes de santé. Après une chute sur scène, il s'était blessé à l'épaule, puis il avait été victime d'une insuffisance rénale, puis d'une hernie discale. Atteint de la maladie de Parkinson, il avait renoncé à la direction musicale du Met en 2016, restant tout de même directeur musical honoraire. En quarante ans à la tête de l'opéra de New York - il avait été nommé à ce poste en 1976 -, James Levine avait transformé l'institution musicale, permettant notamment à des œuvres contemporaines d'être présentéez au Met, ce qui n'était pas le cas avant son arrivée. Il avait également dirigé 2550 fois l'orchestre de Metropolitan Opera.

En 2017, James Levine avait été suspendu de ses fonctions honoraires après la publication par le New York Times et le New York Post de témoignages l'accusant d'agressions sexuelles. Un homme dénonçait notamment avoir subi des attouchements du chef d'orchestre de 1985 - alors qu'il n'avait que 15 ans - à 1993. Trois autres hommes témoignaient d'agressions sexuelles similaires. James Levin n'avait pas été poursuivi pénalement mais avait été viré du Metropolitan Opera de New York en mars 2018. Le Met dévoilait les conclusions de (...)

Lire la suite sur le site de Voici

N'oubliez pas les paroles : l'émission déprogrammée à plusieurs reprises, les internautes s'insurgent
VIDEO TPMP : Bernard Montiel victime de solitude, il révèle ne plus croire en l'amour
Mort de Sabine Schmitz, pilote et présentatrice de Top Gear, à seulement 51 ans
PHOTO Affaire Carla Moreau : la Marseillaise fait son grand retour sur les réseaux sociaux et donne de ses nouvelles
Annie Cordy accusée de racisme : le parolier de Chaud Cacao s'explique