Mort de Jacqueline Sauvage : "Ce fut une erreur de la gracier", car "d'autres femmes auraient plus mérité de l'être", estime Hélène Mathieu

franceinfo

"Cela a été une erreur de la gracier. Je pense que ce n'était pas la bonne personne. Il y a des femmes battues qui ont tué leur mari, qui auraient plus mérité de l'être", a déclaré ce mardi sur franceinfo Hélène Mathieu, journaliste et coauteure de l'enquête "La vérité sur l'affaire Jacqueline Sauvage", après la mort de Jacqueline Sauvage, symbole des violences conjugales, graciée en décembre 2016 par François Hollande après avoir tué son mari qu'elle accusait d'être violent envers elle et ses enfants.

"Il n'a pas été prouvé qu'il était extrêmement violent envers elle. Ça a été un des problèmes qui est apparu. Les preuves n'étaient pas suffisantes pour parler de légitime défense. Les preuves n'étaient pas suffisantes sur les violences reçues."

Elle a dit qu'elle avait été battue le jour du meurtre de son mari. Il n'y avait pas de marques sur son corps. Aucun voisin, personne dans l'entourage n'a jamais eu l'impression qu'elle était une femme battue.

Hélène Mathieu

à franceinfo

"En plus, elle n'était pas sous emprise, poursuit Hélène Mathieu, C'était une femme qui était chef d'entreprise, qui travaillait avec son mari, qui avait une entreprise qui était florissante. C'était une femme forte. Ce n'était pas du tout une femme sans aucune possibilité de partir. Donc, je pense que ça a joué contre elle."

Une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.