Mort de Hubert de Lapparent, doyen des acteurs français

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Hubert de Lapparent sur le tournage de la mini-série
Hubert de Lapparent sur le tournage de la mini-série

CINÉMA - Le doyen des acteurs français est mort. Hubert de Lapparent est décédé ce mardi 14 septembre à l’âge de 102 ans d’après un avis décès publié dans Le Figaro et relayé par BFMTV.

Le comédien, également sculpteur, a enchaîné les seconds rôles dans les années 50 et 60, en tournant avec certains des cinéastes les plus renommés de l’époque. L’acteur est notamment apparu dans les films de René Clément (Gervaise en 1955, Le Jour et l’Heure en 1963, Paris brûle-t-il? en 1966), d’Henri-Georges Clouzot (Manon en 1948, La Vérité en 1961) ou encore de Jean-Pierre Melville (L’Armée des ombres en 1955).

Il a aussi côtoyé Louis de Funès et Jean Marais dans Fantomas contre Scotland-Yard en 1967. Troisième opus de la franchise consacrée au célèbre génie du crime, dans lequel il campait le rôle de Richard, l’un des associés du Lord Edward Mac Rashley (Jean-Roger Caussimon).

En plus du cinéma, Hubert de Lapparent a également joué dans de nombreuses pièces de théâtre mais aussi à la télévision. “J’ai fait une carrière convenable”, avait-il confié en 2007 au siteAutour de Louis de Funès. “Même si j’ai également joué dans de mauvais films, ne nous le cachons pas!”, avait-il ajouté, révélant par la même occasion qu’un “accident occulaire”, survenu en 1991, avait brutalement mis fin à sa carrière.

À voir également sur Le HuffPost: Mort de Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma, à 88 ans

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles