Mort de George Floyd : trois questions sur le collectif Anonymous et son retour qui affole les réseaux sociaux

franceinfo

"Nous exposerons vos nombreux crimes au monde entier". Sweat à capuche, l'individu à la voix modifiée se tient face caméra, son visage caché par un masque au sourire ironique et aux joues roses. On les pensait oubliés, finis, dissous... Ils s'étaient simplement tapis dans un coin d'ombre. Les Anonymous frappent un grand coup, vendredi 29 mai, en publiant sur les réseaux sociaux une vidéo à l'encontre de la police de Minneapolis. Point de départ : la mort de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, à Minneapolis. "Je ne peux pas respirer", proteste la victime alors qu'un policier l'immobilise avec un genou sur le cou. La scène a été filmée et depuis l'indignation gagne tout le pays.

>> Mort de George Floyd : suivez en direct les manifestations aux Etats-Unis

Les Anonymous menacent de dévoiler au grand jour les pratiques violentes des agents de police : "Vous avez peut-être renvoyé ces agents pour sauver la face, mais il est clair que ce genre de comportements est cautionné, si ce n’est encouragé, au sein de vos services, comme il l’est dans d’autres." En à peine 24 heures, la vidéo comptabilise des millions de vues, le principal profil Twitter @YourAnonNews empoche six millions d'abonnés... et devient le sujet de conversation principal (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi