Mort de George Floyd: le policier a employé une "force létale" disproportionnée, d'après un expert

·2 min de lecture

Selon un expert témoignant au procès de Derek Chauvin, accusé d'avoir tué George Floyd lors de son arrestation, l'action de l'ex-agent était disproportionnée au regard du code de procédure de la police de Minneapolis.

Derek Chauvin a employé une "force létale" disproportionnée lors de l'arrestation de George Floyd, a estimé mercredi un expert témoignant au procès du policier blanc, accusé d'avoir tué le quadragénaire afro-américain. Durant les presque dix minutes qu'il était immobilisé, le cou sous le genou de Derek Chauvin, George Floyd "était allongé sur le ventre, il était menotté, il n'essayait pas de s'échapper ni de résister", a expliqué Jody Stiger, policier à Los Angeles et spécialiste de l'usage de la force dans la police.

Selon cet expert, l'action de l'ex-agent était disproportionnée au regard du code de procédure de la police de Minneapolis. "Un policier ne peut utiliser qu'un niveau de force proportionnel à la sévérité du crime ou au niveau de résistance d'un individu face aux policiers", a-t-il expliqué.

L'expert a admis que George Floyd avait "activement résisté" lorsque les policiers avaient voulu le faire asseoir à l'arrière d'un véhicule de police, au motif qu'il était claustrophobe. "A ce moment-là, l'utilisation de la force était justifiée" pour qu'il obéisse aux policiers, a-t-il dit. "Mais, une fois mis au sol sur le ventre, il a lentement cessé de résister et les anciens policiers auraient dû cesser l'usage de la force". Jody Stiger a également suggéré que Derek Chauvin avait abusé de la force en utilisant une technique appelée "obéissance par la douleur", qui consistait à tordre les doigts et la main de George Floyd pour l'empêcher de bouger alors qu'il était déjà menotté et soumis.

Derek Chauvin plaide non coupable

Derek Chauvin, 45 ans, est accusé d'avoir tué George Floyd le 25 mai à Minneapolis en maintenant son genou sur son cou pendant plus de neuf minutes, un drame qui a suscité une vague historique de(...)


Lire la suite sur Paris Match