Mort de George Floyd: marche de soutien au mouvement Black Lives Matter à Dublin

Une semaine après la mort de George Floyd aux Etats-Unis, une manifestation de soutien au mouvement Black Lives Matter a été organisée devant l'ambassade américaine à Dublin, en Irlande. Malgré le confinement, quelque 5 000 Dublinois ont dénoncé le racisme dans une marche pacifique. 

De notre correspondante à Dublin,

Avec sa voix qui porte malgré sa petite taille, Amanda Adé scande le nom de George Floyd. « Je suis là car on veut la justice. On est en 2020 ! C'est partout pareil. Vous trouverez toujours des gens racistes, des gens qui vont vous discriminer à cause de votre couleur de peau. Mais cette manif, ça montre que notre pays est sur la bonne voie », lance la jeune femme.

►A lire aussi : Mort de George Floyd à Minneapolis: la colère s'étend aux États-Unis

A la tête de la marche, plusieurs centaines de mètres de long, Chris kaps, organisateur. « Le but de ce rassemblement, c'est de crier que nous voulons la fin de ce virus qu'est le racisme, explique-t-il. Du coup, il y a beaucoup de monde, des noirs, des blancs, on est vraiment impressionnés. Et tout cela a été fait en l'espace de même pas 24h ».

Sur les pancartes on pouvait lire : « Le silence est coupable » ou « Un futur pour les enfants noirs ». Holly Joe Clarke, s'est voulue humble. « J'ai écrit : "je comprends que je ne pourrai jamais comprendre, mais je vous soutiens." Je n'ai jamais et je ne ferai jamais l'expérience du racisme, à cause de ma couleur de peau, détaille-t-elle. Je suis privilégiée, je suis blanche. Mais même si toutes les vies comptent, elles ne pourront pas toutes compter tant que les vies des noirs ne comptent pas ».

A l'arrivée du cortège, les manifestants ont observé une minute de silence, genou au sol et poing levé contre le racisme.

Hommage à Paris

Lundi soir, devant l'ambassade américaine à Paris, une cinquantaine de personnes ont rendu hommage à George Floyd. Les manifestants portaient des vêtements noirs et des pancartes qui disaient « Floyd aux États-Unis, Traoré en France ». Et justement, pour Joselie Doroté du CM98, une association qui commémore les victimes de la traite négrière, la remontée du racisme inquiète autant en France qu'aux États-Unis. Elle désigne la pancarte qu'elle tend dans les mains.