Mort de George Floyd : Donald Trump peut-il vraiment envoyer l’armée américaine contre son propre peuple pour rétablir l’ordre ?

Ludovic Pauchant

Des "milliers de soldats", "lourdement armés", en patrouille dans les rues américaines pour faire respecter l'ordre. Le sériephile averti pourrait retrouver dans ce sombre tableau une évocation de The Handmaid's Tale ("La Servante écarlate"), la série inspirée du roman dystopique de Margaret Atwood, lors de laquelle une secte politico-religieuse protestante prend le pouvoir après un coup d’État sanglant.

Ces mots, bien réels, ont été lancés mardi par Donald Trump, le président des États-Unis, comme un ultimatum menaçant à l'encontre de ceux qui participent aux émeutes qui secouent l’Amérique après le meurtre de George Floyd, cet homme afro-américain décédé le 25 mai 2020 après que l'officier de police de Minneapolis Derek Chauvin s'est agenouillé sur son cou pendant plusieurs minutes.

>> Mort de George Floyd : le couvre-feu à New York prolongé jusqu'à dimanche

Le président des États-Unis invoque L'Insurrection Act de 1807, qui permet le recours à l’armée sur le territoire américain pour faire cesser des troubles civils. Le peut-il vraiment ? Karine Walther, professeure d’histoire à la Georgetown University, au Qatar, propose quelques éléments de réponses.

L’armée peut intervenir si les droits des citoyens sont menacés

"Grâce à l’Insurrection Act, une loi fédérale de 1807, explique Karine Walther, le président (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi