Mort de George Floyd: la caution du policier Derek Chauvin fixée à 1 million de dollars

AFP
Photo d'illustration prise le 3 juin à Minneapolis, près du lieu où George Floyd a été arrêté. La caution de Derek Chauvin, le policier accusé de meurtre, a ét fixée à 1 million de dollars 

ÉTATS-UNIS -  Le policier blanc accusé du meurtre de George Floyd a brièvement comparu ce lundi 8 juin pour la première fois devant une juge d’un tribunal de Minneapolis, qui a fixé sa caution libératoire à un million de dollars, sous conditions.

Devenu à travers le monde le visage des brutalités policières depuis la diffusion d’une vidéo le montrant appuyer pendant près de neuf minutes son genou sur le cou d’un Afro-Américain suffocant, Derek Chauvin est apparu dans une tenue orange de prisonnier pour une audience de procédure organisée par vidéo depuis la prison de haute sécurité dans laquelle il est détenu.

Lors de cette première comparution, deux semaines exactement après la mort de George Floyd, la juge Jeannice Reding a fixé à un million de dollars le montant de la caution libératoire de l’ancien agent de 44 ans, assortie de certaines conditions. La date de la prochaine audience a été fixée au 29 juin.

Derek Chauvin avait été dans un premier temps inculpé d’homicide involontaire, mais les faits ont été requalifiés en meurtre non prémédité, un chef passible de 40 années de réclusion.

Trois de ses anciens collègues impliqués dans l’arrestation fatale de George Floyd le 25 mai à Minneapolis ont eux été inculpés de complicité de meurtre.

Dressant le constat d’une “police structurellement raciste”, une majorité des membres du conseil municipal de la plus grande ville du Minnesota, dans le nord des États-Unis, a émis dimanche le vœu de la démanteler et de reconstruire en concertation avec la population “un nouveau modèle de sécurité publique”.

Mais le maire Jacob Frey a fait savoir qu’il préférait au démantèlement une “réforme structurelle d’ampleur”.

“Abandonner la police”

Partout dans le pays, des dizaines de milliers de personnes, noires et blanches, rassemblées dans un même mouvement de colère contre le racisme et les violences policières, sont encore descendues dans la rue ce week-end de façon pacifique.

Sur leurs pancartes, aux côtés du cri de ralliement “Black...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post