Mort de George Floyd: 8 minutes et 46 secondes, les raisons du décès examinées par les parties

·3 min de lecture

Les débats sur le fond dans le procès Derek Chauvin débutent ce 29 mars. Le policier blanc est accusé d’avoir tué Georges Floyd, un Afro-Américain décédé lors de son interpellation à Minneapolis en mai 2020. L’agent avait maintenu son genou sur le cou de la victime, plaquée au sol et menottée pendant 8 minutes et 46 secondes. Après la sélection des 12 jurés, ce procès entre dans le vif sujet avec une question au cœur des débats, la cause de la mort de Georges Floyd.

L’audience est en cours, elle a commencé par la déclaration préliminaire du procureur, qui a montré au jury la vidéo de l’intervention violente de Dereck Chauvin. C'est ce que rapporte notre envoyée spéciale permanente aux États-Unis, Anne Corpet.

Il s’agit de cette scène atroce du calvaire de Georges Floyd qui a bouleversé l’Amérique et le monde: ces 8 minutes et 46 secondes d’agonie où l’on voit Dereck Chauvin agenouillé sur le cou de Georges Floyd tandis que celui-ci répète « je ne peux pas respirer, je ne peux pas respirer », la voix brisée.

Dans cette vidéo on y entend aussi les passants interpeller le policier, lui demander de mettre fin à ce supplice, mais Dereck Chauvin ne bouge pas et Georges Floyd ne se relèvera pas.

Déterminer la cause de la mort

Si le médecin légiste a conclu à une mort par arrêt cardiaque, les deux camps ont leur propre explication. Pour l’avocat de la famille Floyd, la victime est morte par asphyxie.

L'avocat de Derek Chauvin, lui, assure que le policier a seulement suivi les procédures dans le but de maîtriser un suspect récalcitrant et ajoute que Georges Floyd, qui avait des problèmes de santé, a succombé à une overdose. Du Fentanyl a été retrouvé lors de l’autopsie.

« Dereck Chauvin a fait exactement ce qu’il a été formé à faire dans une situation de stress intense», a lancé Eric Nelson, avant d’estimer que son client était non coupable.

Un procès historique aux États-Unis

« Dereck Chauvin a trahi son serment de policier », a estimé le procureur qui a tenu à préciser: « Ce procès est celui de Dereck Chauvin, pas celui de toute la police. »

Ce n’est pas tout à fait l’avis de la famille de Georges Floyd. Leur avocat a décrit un procès historique qui vise « à évaluer le chemin parcouru par l'Amérique dans sa quête d'égalité et de justice pour tous. »

De nombreux militants et juristes pointent le fait que les débats ne portent pas sur les questions de racisme, que beaucoup estiment systémique au sein de la police.

L'accusation va toutefois tenter de prouver que Derek Chauvin a manifesté « du mépris » pour la vie de George Floyd qui, avant de mourir, a répété plusieurs fois qu’il ne pouvait pas respirer.

Parmi les figures de l'accusation, un célèbre avocat de Minneapolis : Jerry Blackwell, fondateur de l’association des avocats noirs du Minnesota. C’est sa plaidoirie qui a permis l’an dernier la grâce posthume de Max Mason, un Américain noir condamné, il y a 100 ans, pour le viol d’une femme blanche qu’il n’avait pas commis.

Le verdict attendu d'ici un mois

Derek Chauvin comparaît libre, il risque 40 ans de prison. Il est inculpé pour meurtre et homicide involontaire.

Le procès doit durer au moins trois semaines. Il se déroule au centre gouvernemental du comté d’Hennepin. Un bâtiment ultra-sécurisé, au vu du caractère potentiellement explosif de ce procès qui, sans public à cause de la pandémie, va être retransmis en direct. Le verdict est attendu fin avril ou début mai

Sur place, les proches de George Floyd se sont agenouillés pendant 8 minutes et 46 secondes, le temps estimé de l'agonie de la victime.

À lire : Vidéo de la mort de George Floyd: ce que dit l'analyse des images

À lire : Mort de George Floyd: ouverture d'un procès hors normes ce lundi aux États-Unis