Mort de George Floyd : les États-Unis toujours sous haute tension

Allongés les mains dans le dos, des milliers de manifestants reproduisent sur ce pont de Portland (Oregon), aux États-Unis, les derniers instants de George Floyd, juste avant sa mort par asphyxie. L'Amérique n'en finit pas de rendre hommage, comme ici au Texas, à Houston, à cet Afro-Américain décédé il y a neuf jours, lundi 25 mai. À Washington D.C, la garde nationale s'est déployée massivement devant le Lincoln Memorial pour faire face aux manifestants. C'est dans ces lieux chargés d'histoire que Martin Luther King avait prononcé son célèbre discours un jour d'août 1963. "I have a dream", c'était le rêve d'une Amérique sans racisme. Un haut gradé de la police s'agenouille au milieu des manifestants Comme un écho, partout dans le pays, les scènes de fraternité entre policiers et manifestants se multiplient. On le voit à Denvers, dans le Colorado, mais aussi à New York (New York), où l'un des plus hauts gradés de la police locale s'agenouille au milieu des manifestants. À Los Angeles (Californie), un policier reproduit le même geste pour la plus grande joie de la foule. Il est progressivement rejoint par certains collègues. Le genou à terre est le symbole aux États-Unis de la violence policière.