Mort de George Floyd à Minneapolis : l'autopsie officielle conclut à un homicide

George Floyd est mort « par homicide » après avoir fait un « arrêt cardiaque » à cause de la pression exercée sur son cou par les policiers, a estimé ce lundi 1er juin le médecin légiste officiel en charge de son autopsie.

George Floyd est « mort par homicide ». « La cause de sa mort est l'asphyxie ». Les conclusion du médecin légiste en charge de l'autopsie officielle semble être sans appel. Cet afro-américain de 46 ans était par ailleurs drogué au fentanyl, un puissant opiacé, a ajouté le médecin légiste du comté de Hennepin dans un communiqué.

« Une asphyxie par pression prolongée »

Cette conclusion rejoint celle d'une autopsie indépendante demandée par la famille et dont les résultats ont été communiqués quelques heures avant ceux de l'autopsie officielle. « Des médecins indépendants ayant mené une autopsie sur George Floyd dimanche ont conclu que le décès avait résulté d'une asphyxie par pression prolongée », a déclaré l'avocat, Ben Crump. Cette pression prolongée « sur son cou a coupé le flot sanguin allant vers son cerveau et la pression sur son dos a entravé sa capacité à gonfler ses poumons », a-t-il précisé.

« Les preuves soutiennent l'asphyxie comme cause du décès et l'homicide comme circonstance de la mort », a souligné lors d'une conférence de presse Allecia Wilson, médecin légiste de l'université du Michigan, qui a pu examiner le corps de la victime.

George Floyd, 46 ans, est mort le 25 mai à Minneapolis après qu'un policier blanc a plaqué son genou sur son cou pendant pendant 8 minutes et 46 secondes, selon les éléments de la plainte criminelle contre l'agent impliqué. Les médecins légistes du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, avaient eux déterminé qu'il n'y avait pas de « preuves physiques soutenant un diagnostic d'asphyxie traumatique ou d'étranglement ».

Couvre-feu à New York

La mort de George Floyd a déclenché de violentes manifestations à Minneapolis avant que la colère ne s'étendent un peu partout aux États-Unis. Plusieurs villes ont notamment du faire appel à la Garde nationale pour tenter de ramener le calme et avoir recours à des couvre-feux.

La ville de New York va être à son tour placée sous couvre-feu à compter de ce lundi 1er juin, ont annoncé le maire Bill de Blasio et le gouverneur Andrew Cuomo. « J'ai parlé au gouverneur (de New York) Andrew Cuomo et pour la sécurité de tous, nous avons décidé de mettre en place un couvre-feu pour la ville de New York ce soir : il entrera en vigueur à 23h et sera levé à 5h du matin », a indiqué dans un tweet le maire de la capitale économique américaine, emboîtant le pas à une quarantaine d'autres villes ayant déjà pris cette mesure.

(Avec AFP)

Retrouvez cet article sur RFI

Ce contenu peut également vous intéresser :