Mort de Gaspard Ulliel: les unes de la presse saluent une "étoile filante", un "enfant prodige"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'acteur Gaspard Ulliel au Festival du film international de Marrakech en décembre 2018 - FADEL SENNA © 2019 AFP
L'acteur Gaspard Ulliel au Festival du film international de Marrakech en décembre 2018 - FADEL SENNA © 2019 AFP

876450610001_6292685141001

"Gaspard dans la nuit." C'est avec ces mots, en "une", que Libération a rendu hommage à Gaspard Ulliel, le comédien doublement césarisé brutalement décédé ce mercredi après un accident de ski. Le quotidien, qui consacre quatre pages à l'acteur inoubliable de Juste la fin du monde et de Saint Laurent, a choisi une photo sobre, en noir et blanc, à l'image de cet homme énigmatique et discret.

Les actrices Isabelle Huppert, Léa Seydoux, Marina Foïs et Anaïs Demoustier saluent dans les pages de Libération l'"aura hallucinante" de Gaspard Ulliel. "La disparition de Gaspard, c'est la perte d'un trésor national", a résumé Léa Seydoux, qui a tourné à deux reprises avec lui - et qui devait le retrouver en avril pour un nouveau film.

"La fin tragique" de Gaspard Ulliel est aussi en "une" du Figaro. Le quotidien met lui aussi en avant le caractère secret d'un acteur "discret, voire mystérieux", qui fut "populaire sans être une star de cinéma". "Il va beaucoup manquer au septième art", précise le journal.

Le Parisien fait ses adieux à "l'enfant prodige du cinéma français", "qui incarnait la beauté et la talent", et La Provence a "l'étoile filante" du 7e Art. Le Dauphiné opte quant à lui pour un traitement plus sensationnaliste et titre sur "l'effroyable accident", avec un montage superposant une photo de l'acteur sur un cliché du lieu de son accident.

Acteur depuis l'adolescence, Gaspard Ulliel avait été révélé au début des années 2000 par des films comme Le Pacte des loups de Christophe Gans ou Embrassez qui vous voudrez de Michel Blanc.

Sa carrière avait pris de l'ampleur après son César du meilleur espoir masculin pour Un Long dimanche de fiançailles (2005) de Jean-Pierre Jeunet. L'ultime consécration était arrivée en 2017 avec le César du meilleur acteur, pour Juste la fin du monde de Xavier Dolan.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles