Mort de Frederik de Klerk, dernier président blanc d'Afrique du Sud

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le dernier président blanc sud-africain, Frederik de Klerk, est mort jeudi à l'âge de 85 ans des suites d'un cancer. Il avait notamment libéré Nelson Mandela, alors en prison depuis 27 ans et pourtant ennemi public numéro un du régime, avec qui il a partagé le prix Nobel de la paix en 1993.

Le dernier président blanc sud-africain, Frederik de Klerk, qui a libéré l'icône de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela et partagé avec lui le prix Nobel de la paix, est mort jeudi à 85 ans, a annoncé sa fondation. "C'est avec la plus grande tristesse que la Fondation FW de Klerk annonce le décès de l'ancien président FW de Klerk paisiblement à son domicile de Fresnaye ce matin après avoir lutté contre un cancer", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

Il avait dit souffrir d'un mésothéliome, un cancer qui affecte les tissus entourant les poumons en mars, le jour même de son 85e anniversaire. "Il laisse derrière lui son épouse Elita, ses enfants Jan et Susan, et ses petits-enfants", ajoute le texte rédigé en anglais et en afrikaans. Avec la réputation d'un grand conservateur, De Klerk succède au président PW Botha en 1989, affibli par un infarctus.

Le 2 février 1990, cet apparatchik du Parti national, contre toute attente, déclare devant le Parlement : "L'heure des négociations est arrivée". Il annonce la libération inconditionnelle du leader de l'ANC Nelson Mandela, en prison depuis 27 ans, ainsi que la levée de l'interdiction des partis anti-apartheid.

"Esprit de réforme"

Cette décision lance véritablement le processus de transition qui débouche quatre ans plus tard sur l'organisation des premières élections multiraciales dans l'histoire du pays, remportées par Mandela. Les deux hommes reçoivent conjointement le prix Nobel en 1993, pour "leurs efforts visant à la di...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Pathé'O, le tailleur de quartier devenu couturier des chefs d'Etat africains

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles