Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste tué en Ukraine : la première réaction de sa maman révélée

Le monde du journalisme est en deuil. Ce lundi 30 mai, alors qu'il accompagnait des civils à bord d'un bus humanitaire avec l'un de ses collègues, Frédéric Leclerc-Imhoff a été tué en Ukraine. Le jeune homme de 32 ans - qui travaillait depuis six ans pour BFMTV- couvrait le conflit depuis le début de l'invasion russe.

Très rapidement, Marc-Olivier Fogiel, directeur général de BFMTV, a confirmé la mort de son collaborateur en direct sur la chaîne d'information en continu, révélant s'être entretenu avec la maman de Frédéric Leclerc-Imhoff. "La première réaction (de sa mère, au téléphone, ndlr) a été de demander comment allaient Maxime et la fixeuse. Elle savait quel était le métier de son fils (...) avec une forme de fierté", a-t-il fait savoir. "Frédéric n'était pas une tête brûlée. Il pesait chaque minute de sa mission", a-t-il également déclaré. Lors de son décès, Frédéric Leclerc-Imhoff était accompagné de Patrick Sauce, grand reporter de BFMTV qui a été légèrement blessé, mais également d'Oksana Leuta, une fixeuse-traductrice ukrainienne qui va quant à elle bien. Les trois membres de l'équipe "ont échangé comme tous les matins (pour évaluer les risques, ndlr): Oksana et Frédéric ont estimé que la mission était suffisamment sécurisée pour pouvoir y aller. Maxime, lui, avait plus de questions, comme il aurait pu en avoir la veille ou le lendemain. Mais (...) c'est aussi ça une équipe de reportage, c'est des gens très...

Lire la suite


À lire aussi

Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff : qui était le journaliste de BFMTV tué en Ukraine ?
NRJ : Un chroniqueur annonce la mort d'un membre de sa famille, tué en Ukraine
Mort brutale de Jesse Kozechen : l'influenceur et son chien tués sur le coup !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles