Mort de Frédéric Leclerc-Imhoff : Catherine Colonna, dénonce "un drame" qui est aussi" un crime"

En direct sur BFMTV, la nouvelle ministre des Affaires étrangères, en visite surprise à Kiev, a redit sa tristesse et a déclaré que l'enquête sur la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff sera menée par les autorités ukrainiennes.

La fraîchement nommée ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, était en visite surprise à Kiev ce lundi quand notre journaliste reporter d'images, Frédéric Leclerc-Imhoff, est mort après avoir reçu un éclat d'obus russe dans le camion humanitaire dans lequel il était monté.

Interrogée sur notre antenne, Catherine Colonna a restitué brièvement les circonstances connues à ce jour: "Un convoi qui part, un journaliste qui insiste pour monter dans ce convoi et malheureusement un obus qui tombe à proximité et qui le blesse mortellement".

"Cette journée est malheureusement endeuillée par ce drame qui est en réalité un crime parce qu'un convoi humanitaire a été attaqué", a-t-elle également déclaré.

"S'il vous plaît, faites attention"

La nouvelle ministre a eu un mot pour les journalistes en zone de guerre. "On a besoin de la presse pour nous informer pour que chacun sache ce qui se passe", mais "s'il vous plaît, faites attention", a-t-elle imploré, "nous sommes dans une zone de guerre".

"Mesurez toujours la nécessité d’informer et les risques que vous prenez, le plus justement possible", a tenu à prévenir Catherine Colonna.

Quelques heures plus tôt, directement d'Ukraine, elle avait rédigé un message de condoléances. "Toutes mes pensées vont à sa famille, à ses collègues et aux journalistes", avait-elle tweeté dans l'après-midi.

Une enquête "confiée aux autorités ukrainiennes"

Expliquant au préalable que la route de Lyssytchansk dans la région de Severodonetsk, en Ukraine où Frédéric Leclerc-Imhoff a trouvé la mort est actuellement une zone de guerre non-accessible, la tête du Quai d'Orsay a déclaré que l'enquête était "confiée aux autorités ukrainiennes".

Catherine Colonna a précisé que cette dernière sera suivie "par le canal de l’ambassade" pour connaître toutes "les circonstances précises" du décès de notre journaliste de 32 ans. Un peu plus tôt, dans un communiqué, la cheffe de la diplomatie exigeait une "enquête transparente".

Le gouverneur de la région s'est engagé à fournir un maximum d'informations "au centre spécialisé du Quai d'Orsay, mis sur pied pour les investigations", a-t-elle ajouté sur BFMTV. Et "une fois les formalités légales accomplies", tout sera mis en œuvre avec le gouvernement ukrainien pour une restitution du corps "la plus rapide possible" à la famille, a-t-elle précisé.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Marc-Olivier Fogiel, directeur général de BFMTV, rend hommage à notre journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff, tué en Ukraine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles