Mort "foudroyante" d'Emmanuelle Ajon : de quoi souffrait la femme politique ?

·1 min de lecture

Elle était aimée et respectée de beaucoup. Emmanuelle Ajon, la vice-présidente du Département de la Gironde et adjointe à la mairie de Bordeaux, est décédée mardi des suites d’une tumeur au cerveau foudroyante selon le Huffington Post. Une maladie qui l’aurait emporté en seulement quelques semaines d’après ses proches cités par nos confrères. Mariée à Arnaud Blondel, depuis le 4 juillet dernier, cette figure de la politique bordelaise laisse derrière elle deux enfants. Un drame qui a ému toute la ville à commencer par sa mentore Michèle Delaunay, dans un communiqué relayé par 20 Minutes.

Soignée à l’Hopital Saint-André de Bordeaux, Emmanuelle Ajon luttait depuis plusieurs semaines contre la tumeur qui l’a emporté. "La foudre s’est abattue sur elle, et tout autant sur sa famille, ses amis, ses coéquipiers et nous en restons tous sidérés", a écrit Michèle Delaunay en conclusion de son communiqué. Le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Humric, a exprimé "une infinie tristesse" dans une publication partagée sur les réseaux sociaux. Adjointe de l’édile de la belle endormie, Emmanuelle Ajon s’était fait marier par ce dernier cet été.

Figure incontestée de la gauche, Emmanuelle Ajon était également connue pour son combat pour l’écologie et pour celui concernant la protection de l’enfance. Dès l’annonce de son décès, Pierre Humric, le maire de Bordeaux, a décidé de mettre en berne tous les drapeaux de la ville à compter du 16 décembre, et ce jusqu’à l’enterrement de sa troisième adjointe (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Roi de Thaïlande : les toilettes de son avion rénovées pour 1,5 millions d'euros... au frais du contribuable!
VIDEO - "Une femme compétente", la sortie de Ségolène Royal très commentée
Le saviez-vous ? Albert et Charlène de Monaco sont les parrain et marraine du fils de Charlotte Casiraghi et Gad Elmaleh
Juan Carlos au plus mal ? Le Palais forcé de sortir de son silence
Laeticia Hallyday sans masque à St Barth : c'est la belle vie !