Mort de Fernand Guiot, second rôle prolifique et "gueule" populaire

·2 min de lecture
Fernand Guiot dans
Fernand Guiot dans

Le comédien franco-belge Fernand Guiot, second rôle prolifique, l'une des "gueules" populaires du cinéma connu notamment pour son rôle d'un inspecteur benêt du Guide Duchemin dans L'Aile ou la cuisse de Claude Zidi, est mort à l'âge de 88 ans, samedi à Paris, a annoncé mardi sa famille à l'AFP.

Né en 1932 à Namur (Belgique) et formé au Conservatoire dramatique de Bruxelles, Fernand Guiot s'était installé à Paris à la fin des années cinquante, entamant une longue carrière au cinéma, au théâtre et à la télévision avec près de 200 films, pièces et séries à son actif.

https://www.youtube.com/embed/V_Yz3fLtZxU?rel=0

Passé par le Théâtre national populaire (TNP) avec Georges Wilson, Fernand Guiot a interprété souvent des personnages candides au côté notamment de Michel Piccoli et Michel Serrault, mais aussi Jean-Paul Belmondo et Bourvil dans Le Cerveau de Gérard Oury.

Au théâtre, Fernand Guiot a été entre autres à l'affiche de L'Avare, Tartuffe et Le Médecin malgré lui de Molière mis en scène par Jean Meyer, Le Dindon de Feydeau, Knock de Jules Romains et Bacchus de Cocteau dans une mise en scène de Jean Marais.

"Je ne regarde jamais dans le rétroviseur"

Pour le grand écran, il a été enrôlé par Jean Girault (Les Moutons de Panurge), Robert Dhery (La Belle américaine), Louis Malle (Le Voleur), Marcel Camus (Le Mur de l'Atlantique), Philippe Labro (L'Héritier) ou Coluche (Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine). A la télévision, Fernard Guiot a joué dans Les Enquêtes du Commissaire Maigret, Les Brigades du Tigre, Une Famille formidable et Julie Lescaut.

https://www.youtube.com/embed/Mgspb6FSjbo?rel=0

Impliqué dans la défense du métier d'acteur et de l'action culturelle, Fernand Guiot a présidé la Fédération des arts, du spectacle, de l'audiovisuel et de la presse (FASAP-FO). Représentant de la Fédération Force Ouvrière, Fernand Guiot a siégé aussi plusieurs années à l'assemblée générale du Festival de Cannes.

"Je ne regarde jamais dans le rétroviseur. J'ai mené une carrière extrêmement variée. J'ai fait de la radio et de la télévision en Belgique. J'ai été acteur, jouant des silhouettes et parfois de très beaux rôles. Mon bonheur a été complet", confiait-il y a quelques années, regrettant toutefois "qu'on ne l'appelle plus, même pour jouer des grands-pères".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles