"Mort par ma faute" : ils se sentent coupables après avoir transmis le Covid à un proche

·1 min de lecture

L'étude Comcor de l’Institut Pasteur révélait en décembre que 44 % des personnes contaminées connaissent leur transmetteur. Pour un tiers, il s’agit d’un membre de la famille. Un fardeau pour ceux qui s’en sentent responsables.

Fatigue, courbatures, fièvre… Autour du 20 février, Patrick* a attrapé le Covid-19. Dès l’arrivée des premiers symptômes, le jeune marseillais de 27 ans s'est testé et s’est isolé. "Mais c’était déjà trop tard", glisse-t-il. Quatre jours plus tard, sept personnes de sa famille "âgées d’un an à 83 ans" sont testées positives Pour deux d’entre elles, la situation a été inquiétante, mais ne l’est plus. Mais pour son parrain, l’heure est toujours grave. Un mois après, le sexagénaire est toujours hospitalisé en service de réanimation. Depuis, la culpabilité et la honte minent le quotidien de Patrick. "Si demain il meurt, je n’y serais pas pour rien", lâche-t-il.Chaque jour, il attend ce coup de fil qui lui annonce que son parrain est tiré d'affaire. "Toute ma famille a essayé de me déculpabiliser. Mais dans ma tête, ça tourne en boucle. Ilest certain que c’est de ma faute. Il va falloir vivre avec". Patrick tient ses certitudes de ses multiples ressassements. Avant lui, sa mère a été malade du virus. Ils ne vivent pas ensemble, mais son état est alors plus que préoccupant. Le jeune homme lui rend visite pour la nourrir, lui faire ses courses… "Elle n'était vraiment pas bien mais je faisais attention. Je restais quinze minutes par jour, pas plus",...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République