• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Mort d'Yvan Colonna: le rapport de l'Inspection de la Justice sera bientôt rendu public

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Manifestation en hommage à Yvan Colonna, le 3 avril 2022 à Ajaccio, en Corse - Pascal POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP
Manifestation en hommage à Yvan Colonna, le 3 avril 2022 à Ajaccio, en Corse - Pascal POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP

Pourquoi Yvan Colonna, détenu particulièrement signalé, est resté seul pendant 10 minutes dans la salle de sport de la prison d'Arles permettant à Franck Elong Abé de l'agresser sauvagement? Pourquoi la porte de cette salle est restée fermée sans que personne ne s'en inquiète? Pourquoi aucun surveillant n'accompagnait Yvan Colonna ou ne regardait les images de la vidéosurveillance? Comment son agresseur considéré comme dangereux et au parcours en détention semé de violences a-t-il pu obtenir le statut d'"auxiliaire"?

Autant de questions qui ont été posé à l'Inspection générale de la Justice qui a rendu ce jeudi son rapport à la Première ministre visant à éclaircir les circonstances de l'agression mortelle d'Yvan Colonna le 2 mars dernier. Un pré-rapport avait été établi en avril dernier, mais le gouvernement avait réclamé à l'Inspection, composée notamment de magistrats et de membres de l'Administration pénitentiaire, des compléments d'information sur certains points.

Rapport remis à la Première ministre

Le 2 mars dernier, Yvan Colonna, qui se trouvait seul dans une salle de musculation de la prison d'Arles, a été violemment agressé par un détenu, Franck Elong Abé. Le militant corse, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac en 1998, a été frappé, étranglé puis étouffé. Son agresseur avait ensuite prévenu les surveillants qu'Yvan Colonna avait fait un "malaise". Il est décédé le 21 mars des suites de ses blessures.

Les circonstances de cette agression ont provoqué une vive polémique, notamment pour savoir comment deux détenus particulièrement surveillés ont-ils pu rester seuls, sans surveillance. "Ce n'est pas une anomalie, c'est l'antithèse des propres règles que l'administration a elle-même établie, estime Me Sylvain Cormier, l'avocat de la famille d'Yvan Colonna. Il y a eu une accumulation énorme de non-respect des règles sur lesquelles l'administration est pourtant inflexible."

Au lendemain de l'agression, le gouvernement avait demandé un rapport à l'Inspection générale de la Justice. Jeudi, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé la remise de ce rapport à l'issue de la première réunion du comité stratégique sur l'avenir de la Corse. Rapport qui a été récupéré depuis par le cabinet de la Première ministre.

Des procédures disciplinaires

Élisabeth Borne a confirmé jeudi que le rapport sera bien rendu public, mais que des noms confidentiels doivent être retirés avant publication.

"Je vous confirme qu'on a bien reçu ce rapport [...] Et puis je vous confirme également que conformément à l'engagement qui avait été pris, il sera rendu public. Comme il pointe des responsabilités individuelles qui feront l'objet de sanctions individuelles, on doit prendre un petit moment pour ne pas faire apparaître les noms des personnes concernées", indique la Première ministre.

Élisabeth Borne a ajouté que des "procédures disciplinaires" seront déclenchées à l'encontre de deux agents de la prison d'Arles (Bouches-du-Rhône) en raison de "manquements" de leur part.

Le communiqué transmis par Matignon a indiqué également que la Première ministre avait "décidé de suivre l'intégralité des recommandations" du rapport. Élisabeth Borne demandera également au ministre de la Justice "une mission d'inspection sur l'évaluation des quartiers d'évaluation et de prise en charge de la radicalisation" (QER), un dispositif déployé il y a cinq ans et dont "il apparaît nécessaire de dresser un bilan".

Selon le communiqué de Matignon, la mission d'inspection conclut à un "défaut de vigilance active" pour l'un des agents et à "une gestion inappropriée tant de la vidéosurveillance que de l'orientation en quartier d'évaluation de la radicalisation" pour l'autre.

Demande d'acte auprès des juges

La publication de ce rapport est attendue par l'avocat de la famille d'Yvan Colonna, qui se bat pour faire la lumière sur l'agression dont a été victime le militant indépendantiste. Il y a quelques semaines, Me Cormier avait fait une demande d'acte auprès du juge d'instruction en charge de l'enquête sur la mort du détenu. Ils y demandaient que le rapport soit versé au dossier d'instruction afin que les juges et les parties puissent y avoir accès.

"Ce rapport peut compléter l'instruction, insiste Me Sylvain Cormier. Le magistrat a fait droit à notre demande et va demander à recevoir le pré-rapport et le rapport final."

Dans le même temps, les députés nationalistes corses, soutenus par six collègues de l'Assemblée nationale, ont déposé une proposition de résolution pour demander la création d'une commission d'enquête parlementaire. Le but, comprendre comment Franck Elong Abé a pu, au vu de son passif, et de son profil, "exercer la fonction d'auxiliaire de service rémunéré", et "se retrouver sans surveillance en présence d'un autre détenu, frappé du statut de détenu particulièrement surveillé".

La commission des lois de l'Assemblée nationale a déjà auditionné le directeur de la prison d'Arles, Marc Ollier. Il avait qualifié cette agression de "dégueulasse". Questionné sur le statut d'auxiliaire de Franck Elong Abé, Marc Ollier avait indiqué que le détenu se comportait correctement depuis plusieurs mois et que sa demande de travail avait alors été acceptée. Un travail pour lequel il "s'appliquait".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles