Mort d'une adolescente de 16 ans du coronavirus: les experts évoquent un cas "exceptionnel"

1 / 2

Saint-Denis: une caissière de Carrefour est morte du coronavirus

Il s'agit d'un cas de figure qui demeure rarissime à ce jour. Du moins, au stade de la pandémie de nouveau coronavirus. Dans la nuit de mardi à mercredi, la jeune Julie A. est morte du Covid-19 à l'âge de 16 ans, à l'hôpital Necker de Paris. Qui plus est, l'adolescente ne présentait aucune comorbidité - à savoir, aucune maladie préexistante pouvant potentiellement aggraver ou accélérer les symptômes du virus.

D'où les propos jeudi soir de Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, d'après qui ce décès est "une information importante car (...) les formes sévères chez les sujets jeunes sont extrêmement rares".

"Elles surviennent de temps en temps pour des raisons multiples. On le voit notamment dans certaines infections virales (avec) des formes extrêmement sévères exceptionnelles", a-t-il développé.

Jérôme Salomon n'en a pas dit davantage sur le cas spécifique de Julie A. Invité deux heures plus tard d'une édition spéciale de Vous avez la parole sur France 2, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran en a fait de même, préférant taire les détails "du fait du secret médical". 

Une "mécanique imprévisible"

Difficile d'y voir clair donc, quand bien même les circonstances de la mort de l'adolescente originaire de l'Essonne ont été vite dévoilées, notamment par sa mère et sa sœur, interrogées par l'AFP et Le Parisien. Selon Alain Ducardonnet, consultant santé pour notre antenne, la mort brutale...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi