Mort d'un haut responsable jihadiste au Mali : "C'est un coup symbolique car c'était une figure importante et respectée", analyse un journaliste

franceinfo
·1 min de lecture

La France a annoncé vendredi 13 septembre la mort au Mali de Bah Ag Moussa, un cadre opérationnel jihadiste de tout premier plan lié à Al-Qaïda, dont le nom était associé ces dernières années à de nombreuses attaques dans la région. "C'est un coup symbolique parce qu'avant d'être un cadre jihadiste, c'était une figure importante et respectée dans le Nord Mali", explique sur franceinfo Wassim Nasr, journaliste à France 24, spécialiste des mouvements jihadistes. Bah Ag Moussa était le "chef militaire" du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM).

franceinfo : La mort de Bah Ag Moussa va-t-elle affaiblir le GSIM et donc Al-Qaïda ?

Wassim Nasr : C'est un coup symbolique parce qu'avant d'être un cadre jihadiste, c'était une figure importante et respectée dans le Nord Mali, de par son parcours, des mouvements rebelles touaregs, l'armée libyenne, puis l'armée malienne, grade de colonel, avant de faire défection en fin de carrière vers les jihadistes. Vers fin 2018, il s'est retiré des affaires opérationnelles et s'est concentré sur tout ce qui est entraînement des cadres moyens. Il avait une expérience humaine assez importante et il était dans la transmission.

Le groupe État islamique va-t-il aussi être affecté ?

Ceux qui ont le dessus aujourd'hui dans le centre Mali et au Nord c'est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi