Mort d'un bébé in utero : une triple enquête ouverte

Dimanche, la ministre de la Santé annonçait l'ouverture d'une " enquête exceptionnelle ". Pour comprendre les circonstances du décès à Paris d'un bébé in utero, Marisol Touraine souhaite une investigation à la fois " administrative et médicale ". De son côté, le parquet a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire. Au final, dans cette affaire, c'est une triple enquête - médicale, administrative et judiciaire - qui est lancée. Ces procédures permettront " de déterminer pour quelles raisons cette femme a été renvoyée à son domicile, s'il y avait un manque de lits à Port-Royal et pourquoi la patiente n'a pas été transférée dans une autre maternité ", a déclaré l'Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), selon le " Nouvel Observateur ". Si les premiers résultats sont attendus ce lundi après-midi, il faudra attendre près d'un mois pour connaître les conclusions définitives, précise l'AP-HP.Le classement des maternités en questionDans cette affaire, le Syndicat national des gynécologues obstétriciens met en cause le système de classification des maternités, mis en place en 1989. En France, les maternités sont classées en trois catégories : celles de niveau I prennent en charge les grossesses sans risque, les niveaux II disposent d'une unité de néonatalogie et enfin les niveaux III sont les seules à être équipées d'une unité de réanimation néonatale pour un suivi des grossesses à risques. Pour le président du syndicat, Jean Marty, ce système entraîne le " discrédit des maternités qui ne sont pas de niveau élevé " et " l'engorgement " des établissements réputés les plus sûrs." Une situation très grave "Jeudi dernier, alors que le déclenchement de l'accouchement été prévu, les parents ont été informés que, faute de place dans la maternité Port-Royal à Paris, ils pouvaient rentrer chez eux. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la jeune (...) Lire la suite sur elle.fr

Un bébé meurt in utero, faute de place à la maternité ?
Contraception : à quand une " information claire " ?
Mediator : la plupart des dossiers d'indemnisation rejetés
Pilules de 3e et 4e génération : un numéro vert mis en place

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.